Lausanne: Soupçons d'intoxications au GHB à la HEP
Actualisé

LausanneSoupçons d'intoxications au GHB à la HEP

La soirée de Noël des étudiants de la HEP s'est finie à l'hôpital pour deux jeunes femmes. Selon des participants, elles auraient été victimes de la drogue du violeur.

par
frb

Deux jeunes femmes ont passé la nuit de vendredi à samedi au CHUV après la soirée de Noël de la Haute école pédagogique, révèle dimanche 24heures.ch. Selon plusieurs participants, celles-ci auraient été victimes de la drogue du violeur: le GHB. Une thèse que ni le CHUV, ni la police cantonale vaudoise ne confirme pour l'instant.

Des personnes ont bien été «incommodées», confirme cette dernière, mais aucune plainte n'a été déposée. Il est donc encore trop tôt pour être péremptoire.

La direction de la HEP n'était pas impliquée dans l'organisation de cette soirée, précise le quotidien vaudois. Mais celle-ci promet que si la présence de GHB est confirmée, elle «aidera les étudiantes à porter plainte».

Qu'est-ce que le GHB?

L'Acide gamma-hydroxybutyrique, communément appelé GHB, est un psychotrope utilisé à des fins médicales ou détournées comme anesthésique hypnotique. Il est aussi appelé «drogue du violeur» à partir des années 1990, car il se mélange facilement à l'alcool, est inodore et incolore et son goût est très léger. À faible dose il provoque une désinhibition, et, à plus forte dose, il induit un état hypnotique et des amnésies (trouble de mémoire).

Ton opinion