Valais: Sous-enchère salariale: les élus veulent sanctionner
Publié

ValaisSous-enchère salariale: les élus veulent sanctionner

Les organes de contrôle seront habilités à bloquer les chantiers qui ne respectent pas le droit du travail.

La sous-enchère salariale et le travail au noir sont en augmentation.

La sous-enchère salariale et le travail au noir sont en augmentation.

photo: Keystone/Archives

Les autorités valaisannes doivent pouvoir sanctionner les entreprises actives dans le secteur de la construction qui ne respectent pas les règles. Une majorité des parlementaires ont approuvé une motion en ce sens du PDC. Les organes de contrôle seront habilités à bloquer les chantiers non conformes.

Avec la pression économique actuelle, la sous-enchère salariale et le travail au noir sont en augmentation, selon les auteurs de la motion. Or face à ce fléau, les autorités ne disposent actuellement d'aucune mesure dissuasive, ont-ils plaidé.

Mesure existante à Genève

La solution proposée est déjà appliquée à Genève. Elle permet à l'autorité de contrôle de prononcer un arrêt immédiat des travaux, lorsque 20% au moins des travailleurs ne respectent pas les dispositions légales.

Deux députés UDC ont émis des craintes quant au caractère collectif de la punition et à ses retombées négatives sur d'autres entreprises. Mais l'expérience montre que la suspension des travaux est très brève et ne dure parfois pas plus d'un jour, a répondu le député Stéphane Veya (PDC). Convaincue par cette argumentation, une large majorité du Grand Conseil a approuvé la motion, soit 91 voix contre 26. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion