Sous le choc, le FC Thoune a repris l'entraînement
Actualisé

Sous le choc, le FC Thoune a repris l'entraînement

L'équipe de football du FC Thoune, éclaboussée par un scandale, a repris l'entraînement mercredi. Sur internet, le scandale a fait le tour du monde.

L'interpellation et la détention mardi durant plusieurs heures de certains joueurs de l'équipe de Thoune a jeté la consternation dans la région. Le Service de juges d'instruction a annoncé mardi soir que les soupçons d'actes sexuels sur la jeune fille âgée de 15 ans s'étaient confirmés à l'issue des interrogatoires des suspects.

Les poursuites pénales contre les personnes soupçonnées d'avoir commis des abus d'ordre sexuel sur enfant seront ouvertes au cours de prochaines semaines, a affirmé la juge d'instruction Christine Schenk. La magistrate n'a pas souhaité donner d'autres informations.

Intérêt médiatique

Une vingtaine de journalistes ont suivi l'entraînement sur le stade du Lachen à Thoune. «Tant qu'il n'y a pas de faits nouveaux, nous nous concentrons sur le quotidien», a déclaré l'entraîneur René Van Eck. Les joueurs ont reçu pour consigne de ne pas faire de déclarations à la presse nationale et étrangère.

Le président du FC Thoune Kurt Weder a déclaré que le club ne donnerait pas les noms des joueurs soupçonnés d'abus sexuels. Et d'ajouter que lui-même ne savait pas précisément contre lesquels pesaient des soupçons. Douze actuels ou ex-joueurs sont dans le collimateur de la justice bernoise. La présomption d'innoncence prévaut, a souligné le président du club.

Ce scandale menace le projet de nouveau stade de football qui sera soumis en votation populaire le 9 décembre. Le peuple avait déjà rejeté un projet semblable en février 2006. Un nouvel échec signifierait l'enterrement d'un nouveau stade et une relégation automatique de la formation de Super League.

Peine de prison

D'ici là, certains joueurs doivent s'attendre à faire l'objet de poursuites pénales. Même si ces actes d'ordre sexuel ont été commis la «plupart du temps» avec le consentement de la jeune fille, ils n'en demeurent pas moins punissables, a expliqué mercredi à l'ATS le professeur de droit pénal Peter Albrecht.

Le fait que la victime mineure a été consentante ou a même joué un rôle actif ne diminue pas le caractère pénal de l'acte. Le code pénal stipule que celui qui aura commis un acte d'ordre sexuel sur un enfant de moins de 16 ans ou aura entraîné un enfant de cet âge à commettre un acte d'ordre sexuel sera puni de la prison jusqu'à cinq ans.

L'assentiment de la victime ne peut en aucun cas déboucher sur un acquittement, relève ce professeur aux Universités de Berne et de Bâle. La peine d'emprisonnement pourra en revanche être revue à la baisse ou la condamnation s'accompagner du sursis.

Ce n'est pas la première fois qu'un scandale de ce genre se produit dans le monde du sport, ainsi que le prouve notre diaporama.

Vidéo: Kurt Weder président du FC-Thoune «Pour l'instant, la présomption d'innocence prévaut»

(ats)

Ton opinion