Actualisé 27.11.2009 à 18:52

Craintes pour la financeSoutenue par Wall Street, la Bourse suisse se ressaisi

La Bourse suisse a terminé la journée de vendredi dans le vert, après avoir souffert la veille des difficultés financières de la société publique émiratie Dubai World.

Le Swiss Market Index (SMI) a progressé de 0,85% à 6336,66 points.

Le Swiss Leaders Index (SLI) a engrangé 1,16% à 969,56 points et le Swiss Performance Index (SPI) 0,81% à 5448,78 points.

L'ouverture a été très faible dans le sillage de la chute de jeudi déclenchée par les événements à Dubaï, le SMI chutant encore d'une centaine de points. Par la suite, l'indice s'est repris et hissé dans la zone verte ne cessant d'accentuer ses gains jusqu'à la fin. Par rapport au plus bas du jour de 6179 points, le SMI a regagné près de 3%.

Les marchés européens ont été soutenus par Wall Street. Au lendemain d'une journée fériée, Wall Street a d'abord souffert du choc de Dubaï avant de se reprendre en cours de séance, raccourcie. Entre-temps, on a réalisé que Dubaï ne constitue peut-être qu'un modeste événement par rapport à la crise de l'an dernier.

Les actions des trois banques du SMI ont fini tout en haut du classement du jour: Julius Bär a regagné 5,5% à 35 francs, Credit Suisse 2,8% à 52,90 francs et UBS 2,6% à 15,69 francs, effaçant pratiquement les pertes de la veille. Les trois actions ont un gros potentiel de rattrapage, car elles n'ont pratiquement fait que baisser ces deux dernières semaines, ont relevé des courtiers.

Dubaï, «petit événement»

Des doutes sont désormais apparus à propos de la gravité des problèmes financiers à Dubaï. L'information de la veille a en fait constitué une excellente excuse pour prendre ses bénéfices, mais, fondamentalement, rien ne justifiait une telle déroute, selon un observateur. Si on compare les sommes en jeu lors de la crise financière de l'an dernier, on se rend compte que Dubaï n'est qu'un petit événement.

ABB a fini en hausse de 0,4% à 18,65 francs après l'annonce d'une réorganisation de sa division Automation. Dans un premier temps, cette annonce a été prise comme le signe avant-coureur d'acquisitions et a suscité un certain scepticisme. Par la suite, une mise au point du CEO Joe Hogan a rétabli la situation, qui a exclu tout lien avec une éventuelle acquisition.

Les poids lourds défensifs Roche (+0,7% à 166,60 francs), Novartis (-0,4% à 55,65 francs), Nestlé (+0,4% à 48,29 francs) et Swisscom (+0,4% à 391 francs) se sont retrouvés plutôt vers le bas du tableau, peu demandés. Il en est allé à peu près de même pour Synthes (-1,0% à 132,80 francs), Kühne&Nagel (+0,1% à 97,40 francs) et Sonova (+0,4% à 118,90 francs).

Swatch a gagné 2,5% à 258,90 francs après une augmentation d'objectif et confirmation de recommandation d'achat par Goldman Sachs. Adecco (+2,6% à 50,85 francs), Logitech (+2,7% à 16,99 francs), Clariant (+2,6% à 10,93 francs) et Swiss Re (+2,4% à 48,74 francs) ont touts gagné plus de 2%.

(ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!