Energie: Soutien bernois aux centrales hydroélectriques
Publié

EnergieSoutien bernois aux centrales hydroélectriques

Le gouvernement bernois est d'accord d'alléger les charges financières des centrales hydroélectriques en renonçant à la hausse des taxes d'eau autorisée par la Confédération.

L'intérieur d'une centrale hydroélectrique.

L'intérieur d'une centrale hydroélectrique.

photo: Kein Anbieter/ARCHIVES-PHOTO D'ILLUSTRATION

Le gouvernement bernois veut renforcer la compétitivité des centrales hydroélectriques en allégeant leurs charges financières.

Il est prêt à renoncer à l'augmentation des taxes d'eau autorisée par la Confédération. Le manque à gagner s'élèverait à 3,9 millions par année.

La baisse des prix de l'électricité sur le marché européen enregistrée ces dernières années a remis en cause la rentabilité de ces installations. Or, constate le Conseil-exécutif, la production d'électricité à partir de la force hydraulique tient une place importante dans le canton.

Ce projet de soutien aux centrales hydroélectriques figure dans la modification de la loi sur l'utilisation des eaux, un texte qui sera soumis en septembre au Grand Conseil. Il doit aussi encourager les investissements dans ce secteur, a expliqué lundi la conseillère d'Etat bernoise Barbara Egger-Jenzer.

La réforme prévoit une réduction de la taxe d'eau annuelle de 10 francs par kilowatt de puissance pour les grandes centrales hydrauliques. Le canton n'appliquera pas la hausse des taxes d'eau permise par le droit fédéral depuis l'an dernier. La réduction entrerait donc en vigueur avec effet rétroactif.

Soutien au secteur

Dans des cas exceptionnels, le Grand Conseil pourra décréter pour les grandes centrales une réduction supplémentaire de la taxe d'eau. Cette mesure ne pourra toutefois être décrétée que si elle se révèle indispensable à la réalisation de projets d'agrandissement d'intérêt cantonal.

Il sera aussi possible de baisser la taxe d'eau pour les exploitants qui traversent une situation économique difficile. En début d'année, les Forces Motrices de l'Oberhasli (KWO) ont annoncé la suppression de 50 emplois. En mars, le groupe d'électricité Alpiq a annoncé qu'il voulait vendre la moitié de ses centrales hydroélectriques.

Dans ces deux cas, la nouvelle disposition de la loi cantonale sur l'utilisation des eaux ne sera applicable que si des contributions d'investissement et des aides financières sont approuvées au niveau fédéral. Si tel est le cas, le canton de Berne disposera déjà d'une base légale pour assurer l'existence des grandes centrales hydrauliques, a relevé Barbara Egger-Jenzer. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion