Votations: vers un oui à AVS 21 et un non à l'élevage intensif

Publié

Votations du 25 septembreSoutien en recul pour la réforme AVS et l’initiative sur l’élevage

L’initiative sur l’élevage intensif et la réforme de l’impôt anticipé se dirigent vers un refus. AVS et augmentation de la TVA passeraient la rampe.

Les résultats des votations du 25 septembre s’annoncent serrés.

Les résultats des votations du 25 septembre s’annoncent serrés.

20min/Marvin Ancian

Le sort d’un des plus importants scrutins de l’année pourrait se jouer le 25 septembre dans un mouchoir de poche. Selon le deuxième sondage «20 minutes/Tamedia», les soutiens à la réforme de l’AVS commencent à s’effriter. Les sondés seraient 52% à dire oui, 47% à dire non (53% et 44% lors du premier sondage).

Sur la réforme de l’AVS, c’est l’argument du genre qui fait mouche. Pour l’heure, 63% des femmes diraient non, 35% diraient oui. Score inverse chez les hommes avec 70% de oui et 28% de non.

L’augmentation de la TVA fait tiquer

Les auteurs du sondage constatent que la situation est plutôt stable du côté de la réforme AVS, mais qu’elle l’est un peu moins du côté de son autre volet, l’augmentation de la TVA. Pour cet objet, les oppositions ont fait un saut en avant. Ils étaient 38% à dire non lors du premier sondage, ils sont désormais 43%. Le soutien, lui, recule de 58% à 54%.

Si des différences apparaissent entre les deux objets – alors qu’on sait qu’ils sont liés l’un à l’autre – c’est notamment en raison du choix des électeurs de l’UDC. Ils approuvent facilement la réforme de l’AVS, par 60% contre 38%. En revanche, le parti, qui fait souvent campagne contre les taxes, voit logiquement d’un œil plus sceptique l’augmentation de la TVA. Ils sont toutefois 53% à vouloir l’accepter, contre 44% à la refuser. Côté PLR, 74% des sympathisants sont prêts à voter oui, même score chez ceux des Vert’libéraux.

L’élevage intensif en voie d’être sauvé

L’initiative contre l’élevage intensif a par contre du plomb dans l’aile. Elle serait actuellement rejetée, à 49% de non et 48% de oui. Lors du premier sondage, elle était encore donnée gagnante (55% de oui et 43% de non). «Cette tendance à la baisse est classique avec les initiatives, et elle devrait se poursuivre», estiment les sondeurs, qui ne donnent pas cher de sa peau. Les Verts, les socialistes et les Vert’libéraux la soutiennent (avec respectivement 84%, 73% et 67% de oui). Par contre, au Centre, au PLR et à l’UDC, on dit non (avec 65%, 67% et 72% de non).

À noter que les soutiens et oppositions ne présentent pas de différences notables lorsqu’on compare les tranches d’âge et les régions linguistiques. En revanche, le rejet est plus marqué dans les régions rurales, et le soutien plus fort dans les régions urbaines.

L’impôt anticipé, c’est quoi?

L’incertitude est encore de mise concernant la réforme de l’impôt anticipé. À moins de quatre semaines du vote, les sondés sont encore 17% à ne pas avoir donné d’intention de vote. Ceux qui l’ont fait ont, comme lors du premier sondage, fait part de leur scepticisme. 49% des sondés comptent refuser le projet et 34% l’accepter. Par contre, l’écart s’est légèrement resserré.

Les électeurs des deux partis centristes (Le Centre et les Vert’libéraux) semblent aller contre le mot d’ordre de leur parti. Ils sont, pour l’instant, un peu plus nombreux à compter dire non. Seuls ceux de l’UDC et, surtout, du PLR, se dirigent vers une acceptation. Les arguments invoqués le plus souvent par ceux qui rejettent la réforme sont ceux qui voient en elle un projet qui se fera au détriment de la population.

Information sur le sondage

15’718 personnes de toute la Suisse (9762 Alémaniques, 5521 Romands et 435 Tessinois) ont participé à ce sondage «20 minutes/Tamedia» qui s’est déroulé en ligne du 24 au 25 août. Il a été réalisé en collaboration avec l’institut de sondage LeeWas. Les résultats ont été pondérés selon les variables politiques, géographiques et démographiques. La marge d’erreur se situe à +/- 1,3 point de pourcentage.

(ywe)

Ton opinion

187 commentaires