Actualisé 15.12.2015 à 20:33

EspaceSoyouz a dû s'amarrer «manuellement» à l'ISS

Le mode automatique du vaisseau spatial a connu une panne mais la manoeuvre s'est déroulée sans problème.

Soyouz, lors du décollage de la base de Baïkonour, au Kazakhstan, mardi.

Soyouz, lors du décollage de la base de Baïkonour, au Kazakhstan, mardi.

Keystone/EPA

Le vaisseau spatial Soyouz, avec à son bord le premier Britannique à séjourner sur la Station spatiale internationale (ISS), un astronaute américain et un cosmonaute russe, s'est amarré mardi soir «manuellement» à la station, après avoir décollé du cosmodrome de Baïkonour, au Kazakhstan.

Les trois spationautes, le Britannique Timothy Peake, l'Américain Tim Kopra et le commandant de bord russe Iouri Malentchenko, ont dû effectuer «manuellement» la manoeuvre. En cause, «un dysfonctionnement du mode automatique», a annoncé à l'AFP le service de presse de l'agence spatiale russe Roskosmos.

Tout s'est ensuite «déroulé normalement», a-t-il ajouté, précisant que l'amarrage du vaisseau avait eu lieu à 17h33 GMT(18h33 en Suisse), alors qu'il était prévu précisément dix minutes plus tôt. Plusieurs manoeuvres sont encore nécessaires jusqu'à l'ouverture de la trappe reliant le vaisseau Soyouz TMA-19M à la Station, programmée à 19h25 GMT.

La fusée a décollé «comme prévu» de Baïkonour, dans les steppes kazakhes, à 11h03 GMT. Après s'être détachée du troisième étage du lanceur, elle a effectué plus de six heures de vol en direction de l'ISS, où les spationautes resteront six mois environ.

Novice britannique

S'il s'agit du sixième vol dans l'espace pour Iouri Malentchenko, c'est la première fois qu'un Britannique séjournera sur l'ISS. Le voyage vers la Station de Timothy Peake, âgé de 43 ans et ancien pilote d'essai d'hélicoptères, a suscité un vif intérêt en Grande-Bretagne. Premier astronaute britannique depuis plus de vingt ans, il sera le premier à séjourner sur l'ISS.

«C'était génial de voir Tim Peake décoller pour rejoindre la Station spatiale internationale», a déclaré, enthousiaste, le Premier ministre britannique David Cameron sur Twitter, le compte officiel de la reine Elizabeth II partageant pour sa part un tweet de l'agence spatiale britannique, agrémenté du hashtag #GoodLuckTim.

A Londres, 2000 écoliers brandissant des petits drapeaux britanniques étaient réunis au Science Museum pour assister au décollage, diffusé sur écran géant. «Si seulement un ou deux d'entre eux ici décide de devenir ingénieur, scientifique ou pilote d'essai après cette mission, alors ça vaudra le coup», a déclaré le présentateur télé Brian Cox, présent au Science Museum.

Gros investissements

Un intérêt compréhensif alors que le gouvernement britannique veut faire de l'industrie spatiale un secteur représentant 40 milliards de livres sterling (60 milliards de francs) pour l'économie du pays d'ici 2030 et que Londres veut faire passer sa part de marché dans le secteur spatial de 7% à 10%.

A Chichester, la petite ville du Sussex, dans le sud du pays, d'où Tim Peake est originaire, l'émotion était aussi au rendez-vous. «C'est le rêve de tout professeur de physique d'avoir un futur astronaute face à soi (...) Beaucoup d'enfants viennent ici parce que «l'astronaute Tim Peake» est venu ici», a déclaré au «Chichester Observer» l'ancien professeur du héros, Mike Gouldstone.

Un pudding pour Noël

Une fois à bord de l'ISS, le Britannique rencontrera les trois habitants actuels de la Station: l'Américain Scott Kelly et les Russes Mikhaïl Kornienko et Sergueï Volkov. Timothy Peake, qui semblait plutôt détendu avant le décollage, s'était dit lundi «pressé de profiter de la vue fantastique sur la planète Terre» à l'occasion d'une conférence de presse, affirmant même avoir oublié qu'il passerait les fêtes de Noël loin de chez lui.

«J'ai entendu qu'un pudding de Noël avait été envoyé en orbite, donc nous aurons nous aussi des friandises», a ajouté «Major Tim» dans un éclat de rire.

Dans les derniers instants avant le décollage, plusieurs mythiques chansons de rock, dont «Don't Stop Me Now» de Queen ou «The Final Countdown» de Europe, étaient diffusée à travers les hauts-parleurs de la fusée Soyouz.

Deux habitués

Iouri Malentchenko et Tim Kopra, les deux compagnons de voyage de Timothy Peake, ont pour leur part déjà passé 641 et 58 jours dans l'espace.

Le vaisseau Soyouz restera amarré 173 jours à l'ISS, avant de ramener les trois astronautes sur Terre le 5 juin 2016.

Vendredi, un cosmonaute russe et deux astronautes américains et japonais sont revenus sur Terre, réussissant un rare atterrissage de nuit dans les steppes du Kazakhstan.

Seize pays participent à l'ISS, avant-poste et laboratoire orbital mis en orbite en 1998 qui a coûté au total 100 milliards de dollars, financés pour la plus grande partie par la Russie et les États-Unis. (nxp/afp)

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!