«Space Jam», roi du box-office… et du marketing
Publié

Cinéma «Space Jam», roi du box-office… et du marketing

Le film avec le basketteur LeBron James a cartonné dans les cinémas nord-américains, ce week-end. Mais il fait aussi parler de lui pour le nombre de partenariats commerciaux.

Superstar de NBA, LeBron James a pris la suite du mythique Michael Jordan dans le nouveau «Space Jam», toujours avec Bugs Bunny. 

Superstar de NBA, LeBron James a pris la suite du mythique Michael Jordan dans le nouveau «Space Jam», toujours avec Bugs Bunny.

Le film «Space Jam: Nouvelle ère» a bondi en tête du box-office nord-américain, au cours du week-end, avec 31,7 millions de dollars, un record pour un film familial depuis que la pandémie a touché l’industrie du cinéma, selon les chiffres publiés lundi, par un cabinet spécialisé. Mélangeant animation et prises de vues réelles, c'est une suite, 25 ans après, du mythique «Space Jam» original. La superstar actuelle du basket LeBron James est cette fois-ci en tête d’affiche, à la place de Michael Jordan.

Foule de partenaires commerciaux

Mais la superstar de NBA n'est pas la seule vedette de cet opus. Microsoft, Nike ou Amazon figurent parmi les près de 200 partenaires commerciaux du film, selon Bloomberg, qui estime que «les efforts déployés par Warner Bros en matière de merchandising sont sans précédent dans le monde du marketing cinématographique.» Un autre monde par rapport au film de 1996 avec Michael Jordan, où ces pratiques n'étaient pas aussi développées qu'aujourd'hui.

Il avait en effet fallu attendre l'an 2000 pour trouver dans le commerce des chaussures Nike issues de l'univers du film. Cette fois, l'équipementier sportif a déjà lancé au moins cinq paires en lien avec le nouveau long métrage, dont une série «LeBron 19». Les joueurs de «Fortnite» peuvent par exemple acheter le skin du basketteur avec un maillot et un short aux couleurs du film.

«Je ne dirais pas que vous pouvez vous attendre à attirer de nouveaux spectateurs au cinéma grâce à ces partenariats», tempère David Schweidel, professeur de marketing cité par Bloomberg. «En revanche pour les marques, ces partenariats peuvent être des outils efficaces pour attirer l'attention des cinéphiles.»

Critiques acerbes, public présent

Dans ce nouveau volet, LeBron James doit s’allier avec Bugs Bunny et les autres Looney Tunes pour secourir son fils, piégé par une entité d’intelligence artificielle. Malgré les critiques plus que mitigées – le quotidien «New York Post» le qualifiant notamment d’«abomination» – «Space Jam 2» s'est propulsé en haut des classements, devançant le leader du week-end passé, «Black Widow», dernier Marvel en date.

(reg/afp)

Ton opinion

4 commentaires