Elections communales: Spiez n'a pas voulu du chef des services secrets
Actualisé

Elections communalesSpiez n'a pas voulu du chef des services secrets

Le chef du Service de renseignement de la Confédération (SRC) Markus Seiler ne siégera pas au Conseil communal de Spiez (BE).

Markus Seiler avait peu de chance d'être élu.

Markus Seiler avait peu de chance d'être élu.

Lors des élections dimanche, Markus Seiler a obtenu le résultat le moins bon des 28 candidats en lice pour siéger à l'exécutif de sa commune de domicile. En cas d'élection réussie, il aurait eu à choisir entre son mandat politique et son poste de chef des services secrets. Les deux fonctions ne sont pas compatibles, avait préventivement annoncé le Département fédéral de la défense (DDPS) en octobre, lorsque la candidature avait été rendue publique.

A Spiez, personne ne comptait vraiment sur l'élection de Markus Seiler, qui lui-même n'avait guère d'ambitions. En fait, il s'agissait de soutenir le PLR dans sa tentative de maintenir son seul siège à l'exécutif, avait expliqué en octobre le président du PLR de Spiez, dont Markus Seiler est membre.

Les libéraux-radicaux ont gagné leur pari avec l'entrée au Conseil communal de Monika Lanz-Zehnder. Franz Arnold (PS) reste maire de la commune de l'Oberland bernois de 13'000 âmes.

(ats)

Ton opinion