Bienne (BE): Sputnik Engineering biffe des emplois
Actualisé

Bienne (BE)Sputnik Engineering biffe des emplois

Face à une concurrence de plus en plus rude, l'entreprise biennoise pourrait tailler dans ses effectifs.

Sputnik Engineering doit faire face à la concurrence chinoise.

Sputnik Engineering doit faire face à la concurrence chinoise.

La société Sputnik Engineering, active dans le secteur solaire, pourrait supprimer jusqu'à 70 emplois sur les 300 que compte son siège de Bienne. La concurrence se révèle toujours plus vive avec l'afflux des panneaux chinois.

Le nombre exact de collaborateurs touchés sera décidé fin août à l'issue de la procédure de consultation prévue par la loi. Entre 60 et 70 personnes pourraient recevoir une lettre de licenciement, a annoncé jeudi la société biennoise.

Réduction du personnel

L'entreprise entend procéder à une réorganisation pour faire face à la mutation que traverse actuellement le secteur photovoltaïque à l'échelle mondiale. Ce marché se trouvera dans les prochaines années face à des défis majeurs, relève Sputnik Engineering pour expliquer sa nouvelle orientation stratégique qui nécessite une réduction du personnel.

Les employés concernés par une suppression d'emploi bénéficieront d'un plan social. Actuellement, l'entreprise emploie 360 personnes, dont 300 au siège à Bienne. Depuis plus de 20 ans, elle développe, produit et distribue sous la marque SolarMax des systèmes de panneaux solaires pour les particuliers comme pour les entreprises.

Concurrence

Plusieurs entreprises actives dans le secteur de l'énergie solaire, en particulier en Allemagne, sont confrontées à des difficultés à écouler leurs produits et à remplir les carnets de commandes. Elles doivent faire face à la concurrence en provenance d'Asie, en particulier de Chine qui produit plus de 70% des panneaux solaires et abrite la majorité des grands fabricants mondiaux.

Le directeur de Sputnik Christoph von Bergen indique que, si l'entreprise s'attendait à une contraction du marché, celle-ci s'est avérée plus importante que prévu. «Les ventes s'établissent à fin juin près de 50% en dessous de ce qui a été budgété», ajoute-t-il. La société s'attend en conséquence à une perte pour l'exercice 2013.

L'entreprise avait introduit en mai le chômage partiel. Prolonger cette mesure n'a pas de sens, selon le patron.

Malgré les difficultés, Sputnik Engineering se veut confiant. Son conseil d'administration estime que les perspectives à long terme du secteur et de l'entreprise restent bonnes. (ats)

Ton opinion