Actualisé 06.08.2012 à 14:27

Pully (VD)Squatt pépère grâce à la proprio indifférente

Une villa occupée depuis mars pourrait le rester longtemps. Un élu dénonce le flou juridique qui l'empêche d'agir. Les voisins sont épuisés.

de
Francesco Brienza
Cette banderole anime bien des discussions dans le quartier.

Cette banderole anime bien des discussions dans le quartier.

«Notre marge de manœuvre est nulle, alors ils se croient en terrain conquis!» Le municipal chargé de la police, Martial Lambert, paraît un rien agacé lorsqu'il ­parle des squatters du chemin des Osches. Ceux-ci narguent voisins et passants à l'aide de banderoles fixées sur la villa qu'ils occupent depuis quatre mois («20 minutes» du 23 mai). Ces jours, les nationalistes en prennent pour leur grade: «Suicidez-vous», leur conseille-t-on.

«La séance de conciliation a pourtant débouché sur un accord, explique l'élu. Les occupants se sont engagés à partir lorsque des travaux de rénovation­ seront engagés.» Problème: la représentante du propriétaire vit dans le canton de Zurich. Et les autorités n'ont aucune nouvelle d'elle. «Or sans travaux, pas d'expulsion», se plaint Martial Lambert. C'est qu'en plus des gentillesses affichées, les squatters feraient du bruit. Beaucoup de bruit. «C'est proche de l'enfer, affirme une voisine. Il ne faudra pas s'étonner si quelqu'un pète un plomb.» Guitares et chants en guise de berceuse la semaine. «Le week-end, c'est juste insoutenable, poursuit-elle. Nous en avons assez!»

Et la police? «A part les faire taire, nous ne pouvons rien faire», concède Martial Lambert. Son commandant, Dan-Henri Weber, tempère: «Ces squatters sont corrects. Rien à voir avec ceux de Lausanne.» Selon lui, peu de plaintes arrivent d'ailleurs jusqu'à ses oreilles. Malgré nos multiples tentatives, la sœur du propriétaire est restée injoignable.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!