Actualisé

Stacey King, the voice

Rencontre avec une chanteuse rare et talentueuse, à la voix jazzy et vibrante, qui privilégie le contact avec son public.

– Vous chanterez à Genève et à Montreux. Quelle approche avez-vous de ces concerts?

– Le dîner-spectacle est une façon de montrer aux gens ce que je fais. Mon but: être en contact avec eux, les emmener dans mon univers, les faire voyager, s'échapper en Afrique, en Amérique latine. Donner de la joie et du soleil. A Montreux, pour la troisième année, je serai avec huit musiciens, et nous ferons participer le public. On les fera monter sur scène, danser. Mon concept: «Moi c'est vous et vous c'est moi.»

– Quelles sont vos inspirations?

– Aretha Franklin et Chaka Khan me touchent par leur charisme, et Sade pour son univers si particulier. Je mélange dans ma musique un côté intimiste, tout en mettant le feu en chantant. La world music m'influence le plus. Mon prochain album, prévu pour septembre, en sera complètement empreint.

– Après Londres, pourquoi êtes-vous venue habiter en Suisse?

– J'aime ce pays, où je peux développer mon univers musical en toute liberté. Le public est génial. Les gens ont le respect des musiciens et ont une culture très large. Avec Emmanuel Alexander, mon manager, on essaie toujours de trouver un concept original et novateur pour être en phase avec eux.

Propos recueillis par Elsa Duperray

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!