Actualisé 13.03.2013 à 15:07

Stadler Rail décroche un gros marché romand

Stadler Rail a remporté une commande à 231,5 millions de francs pour des trains régionaux en Suisse romande.

L'annonce a donné lieu à une double conférence de presse. Résultat d'un appel d'offres commun, les quatre entreprises de transport romandes - le MOB à Montreux, TRAVYS dans le Nord vaudois, MBC dans la région de Morges et les Transports publics fribourgeois TPF - ont dévoilé mercredi le nom de l'adjudicataire: Stadler Bussnang.

Le fabricant thurgovien de matériel roulant a été choisi sur la base d'un cahier des charges technique strict. Le Thurgovien a été préféré à son concurrent Bombardier et à son site de Villeneuve (VD), qui avait reçu l'appui du gouvernement vaudois.

Meilleur en tout

«Il était le meilleur sur tous les critères», a expliqué Michel Pernet, directeur des MBC. Contrairement à Bombardier, qui a abandonné ce marché de niche, Stadler est «le» spécialiste de la voie métrique. Il allie expérience et savoir-faire et a fait une offre attractive, inférieure de l'ordre de 20 millions de francs.

Les quatre entreprises régionales, qui transportent ensemble 38 millions de voyageurs par an, ont commandé 17 rames: quatre pour le MOB et MBC, trois pour TRAVYS et 6 pour les TPF. Le montant global s'élève à 231,5 millions de francs, dont 80,1 millions pour des options (des commandes subséquentes de 7 rames qui restent à confirmer).

Les livraisons débuteront début 2015 et s'échelonneront jusqu'en juillet 2016. En décembre 2015, les transporteurs auront le matériel roulant nécessaire pour permettre une hausse des cadences et des places à disposition.

Conseil d'Etat et Bombardier

Une deuxième conférence de presse a réuni autour d'une même table les conseillers d'Etat vaudois Nuria Gorrite et Philippe Leuba, en charge des infrastructures et de l'économie, ainsi que des représentants en Suisse du groupe canadien Bombardier.

Les deux conseillers d'Etat ont exprimé la «déception» du gouvernement, même si la procédure a respecté «en tous points» la loi sur les marchés publics. Attentifs à la situation du tissu économique vaudois, ils ne sont pas restés «les bras croisés», ont-ils expliqué.

Rencontre avec Peter Spuhler

Il y a quelques semaines, ils ont rencontré Peter Spuhler, ancien conseiller national UDC thurgovien et actuel patron de Stadler Rail, pour savoir quelle part pourrait être sous-traitée au tissu industriel vaudois, et notamment au site de Bombardier à Villeneuve.

Après d'âpres négociations, ils ont conclu un «accord» avec Stadler. Dans l'hypothèse où l'entreprise remporterait ce marché, celle-ci s'est engagée à massivement augmenter les mandats confiés à des sous-traitants vaudois durant huit ans, entre 2013 et 2020.

40 millions pour l'économie vaudoise

Au total, cela représente 40 millions de francs injectés sur le marché cantonal. «C'est quinze fois plus de travail confié à des entreprises vaudoises», s'est exclamé Philippe Leuba. Sur ce montant, 10 millions bénéficieront directement à Bombardier, via des sous-traitances.

«De mémoire de Conseil d'Etat, c'est la première fois que Vaud négocie de la sous-traitance au profit d'entreprises. Cela illustre la volonté du Conseil d'Etat de se battre pour le tissu industriel vaudois», a déclaré le ministre de l'économie et du sport.

Bombardier regrette

Stéphane Wettstein, directeur général de Bombardier Suisse, a «regretté vivement» d'avoir été recalé lors de l'appel d'offres. Cela aurait permis «une meilleure exploitation du site de Villeneuve pendant une certaine période».

Le site fait actuellement face à une «rupture de charge», en attendant la concrétisation du contrat à deux milliards signé avec les CFF et qui devrait occuper l'entreprise dès la deuxième moitié de 2014. Actuellement, 56 des 200 employés du site sont au chômage technique et le site risque de perdre des compétences.

Bombardier s'est réjoui de l'accord entre Stadler et le canton de Vaud: «c'est une bonne nouvelle pour la région», a observé M. Wettstein. Les 10 millions de sous-traitance prévus pour son entreprise sont «une preuve de l'attachement du Conseil d'Etat au pôle ferroviaire de Villeneuve». (afp)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!