Suisse: Stagnation des exportations en mai
Actualisé

SuisseStagnation des exportations en mai

Le commerce extérieur suisse a subi des vents contraires en mai, avec notamment un recul de la chimie mais une belle progression de l'industrie métallurgique.

En Suisse, le mois dernier, les importations ont baissé sur un an de 4,6% à 14,47 milliards de francs et les exportations ont stagné (-0,7%) à 17,25 milliards.

La balance commerciale boucle sur un excédent de 2,8 milliards de francs, indique l'Administration fédérale des douanes (AFD) dans un communiqué diffusé mardi. Sur cinq mois, l'excédent commercial de la Suisse atteint 12 milliards.

Les deux principales branches exportatrices, à savoir la chimie-pharmacie et l'industrie des machines et de l'électronique ont reculé en mai. La baisse atteint 1,9% à 7 milliards de francs pour la première et 3% à 2,7 milliards pour la seconde.

Si la chimie-pharmacie a vu ses ventes s'effriter, c'est parce que le secteur lucratif des produits immunologiques (-15%), les produits agrochimiques (-27%) et les corps colorants (-12%), entre autres, ont courbé l'échine, précise l'AFD. Le recul par branche est encore plus marqué pour l'industrie du papier et des arts graphiques (-3,9%).

Dans ce contexte de baisse, l'industrie horlogère tire son épingle du jeu avec une progression de 1,2% à 1,87 milliard de francs. Tout comme l'industrie métallurgique ( 4,2%), la bijouterie-joaillerie ( 6,3%) et les denrées alimentaires, boissons et tabacs ( 4,7%). Dans ce dernier secteur, la croissance repose principalement sur les ventes de boissons ( 25%).

Brésil en petite forme

L'évolution des exportations a fortement varié selon les continents, avec un recul de 3,6% de l'Amérique latine et une progression de 10,5% de l'Afrique. La baisse découle de la méforme du Brésil (-18,2%).

L'Asie est également en repli. La diminution du chiffre d'affaires de l'Inde (-28,4% en lien avec le recul des produits pharmaceutiques), avec Singapour (-23%) et le Japon (-13,2%) explique le revers asiatique, note l'AFD. La Chine a toutefois gagné 7,7%.

Du côté de l'Europe, principal débouché, les exportations ont reculé de 1,2%. Dans l'Union européenne, elles ont stagné (-0,1%). La contre-performance de l'Italie (-12,6%) et de la Belgique (-9,2%) ont pesé sur le résultat. A contrario, les ventes en Irlande ont quasi doublé, alors que celles au Royaume-Uni et à l'Allemagne se sont accélérées de respectivement 11,6% et 4,3%.

Les envois vers l'Amérique du Nord ont grimpé de 4,7%. Les Etats-Unis ( 7,4%) et le Canada (-12,4%) ont évolué de façon disparate.

Plongeon des combustibles

Côté importations, le recul en mai est encore plus marqué en valeur réelle (-6,6%), en raison du renchérissement de 2,1%. Seuls les biens d'équipement ( 2% en valeur nominale) ont augmenté sur un an, alors que les autres groupes battaient de l'aile.

Les biens de consommation ont diminué de 6,3%, les matières premières et demi-produits de 6,8% et les produits énergétiques de 6,9%. Les achats de ce dernier groupe se sont comprimés, suite au plongeon des combustibles (-51,2%) et des carburants (-17,3%).

Après désaisonnalisation, les exportations se sont contractées de 5,2% en mai. Après une lente amélioration entamée mi-2013, la tendance s'inscrit désormais légèrement à la baisse, précise l'AFD. Les importations ont flanché pour le 5e mois consécutif (-2,7%), confirmant une tendance orientée clairement vers le bas. (ats)

Ton opinion