Tennis: Stan Wawrinka déplacé, spectateurs ulcérés
Actualisé

TennisStan Wawrinka déplacé, spectateurs ulcérés

La fin de journée vendredi a été très agitée à Roland-Garros. Des spectateurs ont crié leur colère pendant une heure.

par
Jérémy Santallo
Paris
Capture d'écran.

Capture d'écran.

@AdBpodcast

Il n'était pas loin de 19 heures vendredi quand on a débarqué en tribune de presse pour la fin de la rencontre sur le court Suzanne-Lenglen entre Sloane Stephens et Polona Hercog, l'affiche qui précédait le duel Stan Wawrinka - Grigor Dimitrov. Censée plier l'affaire, l'Américaine est finalement embarquée dans une troisième manche. On plie vite bagage et on décide de revenir un peu plus tard.

Mais là, surprise: en arrivant devant la salle de presse, un confrère envoie la bombinette de fin de journée: le troisième tour de «Stan The Man» va se jouer sur le court No 1, que Belinda Bencic vient de quitter tête basse en dernière rotation de la programmation. On fonce mais cela se bouscule déjà au portillon. On se fraie un chemin dans les escaliers, mais la cohue débarque dans l'arène, où les places sont en accès libre, contrairement au Lenglen.

Le match commence et Stan Wawrinka démarre fort: le Vaudois chaparde la mise en jeu du Bulgare et sert pour mener 4-2. C'est là qu'on entend les premiers hurlements. Les spectateurs les plus haut placés du court No 1 se lèvent alors au changement de côté pour jeter à un oeil à ce qu'il se trame en contre-bas, dans les allées. «Zéro, zéro, zéro», «remboursez, remboursez, remboursez», entend-on notamment.

Au pied de l'enceinte, ils sont des dizaines à crier leur colère. Détenteurs de billets pour la journée sur le Suzanne-Lenglen, ils n'ont pas été prévenus que le match du vainqueur de l'édition 2015 n'a pas lieu à l'endroit programmé. Tant bien que mal, Stan Wawrinka continue de jouer. Même si dans les travées, c'est le bazar. On voit même un tweet qui relate que des enfants sont poussés au sol.

Si des courageux essaient de forcer le passage, les mastodontes de la sécurité ne laissent rien passer devant les portes. Pendant près d'une heure, personne ne peut entrer sur le court. A «Eurosport», Guy Forget, directeur du tournoi a expliqué son choix. «Le public est là depuis 11 heures mais les joueurs aussi. Il y a des gens qui seront mécontents mais on a un tournoi à faire avancer.» Drôle de soirée à RG.

Ton opinion