US Open: Stan Wawrinka est toujours dans le dur
Actualisé

US OpenStan Wawrinka est toujours dans le dur

La deuxième victoire du Vaudois dans cet US Open a suivi le même cheminement que la première: beaucoup de hauts et de bas.

par
Christian Despont
New York

Les apparences sont confuses, sinon contradictoires: trahi par son étourderie, sauvé par son assiduité, «Stan the Man» remporte assez difficilement des matches que, pour l'essentiel, il domine plutôt aisément. «Si je suis concentré et dur avec moi-même, je reprends le contrôle», rappelle-t-il volontiers, non sans raisons valables: son talent lui offre aujourd'hui une marge de sécurité importante sur la plupart des «viennent-ensuite». Reste qu'entre-temps, Hyeon Chung a su profiter de chaque relâchement (7-6 7-6 7-6).

La chaleur, étouffante, n'aide pas à retrouver une certaine fraîcheur mentale. Tout en subissant le jeu en mouvement de son adversaire coréen, 19 ans et une belle accélération du poignet, le Vaudois a souffert de ses propres mollesses, en retour comme dans la maîtrise des rythmes où, souvent, il a délaissé la variation (pourquoi n'avoir pas insisté sur les trajectoires bombées qui semblaient tant déranger Chung?).

Cette centième victoire en Grand Chelem suffit à son bonheur. «Très grosse bataille. Trois heures harassantes», a-t-il avoué sur le court, le T-shirt détrempé. Au final, subsiste l'impression que Wawrinka n'a pas toute sa lucidité, mais que sur sa valeur, avec le temps, avec l'avantage d'un parcours accessible et de conditions taillées pour son endurance, la situation n'a rien d'inquiétant. C'est tout le paradoxe, encore: le No 5 mondial semble dans le dur, mais il n'a toujours pas concédé le moindre set.

Twitter, @christiandespo1

Ton opinion