Aeris  – Start-up suisse de filtrage de l'air rachetée 72 millions de dollars
Publié

Aeris Start-up suisse de filtrage de l'air rachetée 72 millions de dollars

Les systèmes de filtration d'air sont très prisés en période de pandémie, à l'image d'une invention développée à Zoug et qui a déjà conquis des milliers d'espaces intérieurs à travers le monde.

Les filtres à air de l'entreprise suisse Aeris ont vu leurs ventes s’envoler depuis la pandémie.

Les filtres à air de l'entreprise suisse Aeris ont vu leurs ventes s’envoler depuis la pandémie.

Instagram

Deux ingénieurs suisses ont fait une belle affaire avec le filtre à air qu'ils ont inventé. L'entreprise technologique américaine iRobot, qui a notamment développé le robot aspirateur Roomba, a versé 72 millions de dollars (près de 66 millions de francs) pour racheter la société Aeris à ses fondateurs, Pierre Bi et Constantin Overlack, comme l'a rapporté «Blick».

Boom en Chine

Les deux trentenaires ont développé des systèmes pour filtrer l'air dans leur usine basée à Cham (ZG). Leurs appareils filtrent la poussière, le pollen ou les poils d'animaux dans l'air. Ils sont particulièrement prisés dans les grandes villes chinoises très polluées par le smog, mais aussi aux États-Unis pour purifier l'air pollué par les gaz d'échappement voire par des incendies de forêt, sur la côte ouest. Mais la pandémie a provoqué un boom de la demande, à tel point que les ventes connaissent actuellement une croissance à trois chiffres, selon ses fondateurs.

En Suisse, la ruée sur ces appareils n'a pas eu lieu. «Ici, les gens partent encore du principe qu'il suffit d'aérer. Pourtant, il est scientifiquement prouvé que les filtres à air minimisent le risque de contagion», a expliqué Pierre Bi à «Blick». D'autres pays en revanche sont friands de ce type de technologie. La société zougoise a par exemple récemment envoyé 15'000 appareils en Australie qui seront utilisés dans des salles de classe.

Avec l'aide de… Tinder

Les deux diplômés de l'EPFZ ont fondé leur entreprise il y a quatre ans et travailleront chez iRobot après le rachat. Aeris, qui a bénéficié notamment du soutien financier de l'un des fondateurs de l'app de rencontres Tinder, compte vingt employés en Suisse et douze aux États-Unis et en Asie. Mais d'autres embauches sont prévues cette année. La société produit déjà 100'000 appareils par an dont le coût est compris entre 500 et 1000 francs.

(Patrick McEvily/reg)

Ton opinion

0 commentaires