Actualisé 26.01.2015 à 14:35

Répercussions du franc fort

Stations de ski: mesures encore marginales

Les stations de ski suisses préparent des mesures pour affronter et réduire les répercussions du franc fort. Du côté romand, les stations ne souhaitent pas agir «dans l'urgence».

Les stations de montagne ont peur pour les vacances de Pâques et surtout pour l'été.

Les stations de montagne ont peur pour les vacances de Pâques et surtout pour l'été.

Tandis que certaines stations de ski suisses veulent améliorer leurs campagnes publicitaires, d'autres proposent déjà un taux de change fixe. «Dans l'ensemble, très peu de mesures particulières sont prises pour cet hiver», explique Valais/Wallis Promotion qui a une vision générale de la situation touristique du canton. Elle note néanmoins que deux stations ont directement réagi au franc fort.

Celle de Grächen par exemple, où un taux de change fixe avec la monnaie unique a été mis en place à 1,35 franc pour un euro du 7 mars au 12 avril, une mesure qu'elle avait déjà prise par le passé. Les Portes-du-Soleil, domaine franco-suisse, ont, de leur côté, dû baisser leurs prix de 15% au lendemain de l'abandon du taux plancher pour rester concurrentielles par rapport aux stations françaises du même domaine.

Si les offres promotionnelles sont limitées, c'est aussi que du côté des réservations, les responsables touristiques sont positifs pour février et font état de quelques annulations seulement. Beaucoup d'entre eux redoutent des mesures précipitées et préfèrent donc attendre de savoir si le cours du franc va se stabiliser.

Se focaliser sur l'été

En revanche, les stations de montagne formulent plus de craintes pour les vacances de Pâques et surtout pour l'été. «Des discussions vont s'amorcer dans les semaines prochaines et des mesures seront discutées pour ces périodes», explique Valais/Wallis Promotion, qui ne souhaite pas agir dans «l'urgence».

Le directeur de la station Pays du Saint-Bernard, Gaétan Tornay, compte, lui aussi, se focaliser sur l'été qui représente 65% des nuitées des établissements et augmenter son budget publicitaire en Suisse, pour attirer des clients du pays.

En revanche, à Anzère, Régis Moos des hôtels Eden et Zodiaque parle déjà de «catastrophe» pour la saison à venir dans «Le Nouvelliste» de vendredi dernier. Un tour-opérateur allemand qui travaille avec le gérant depuis vingt ans lui a annoncé qu'il ne travaillerait plus avec eux à la belle saison. Il devra donc fermer, précise celui qui travaille à 80% avec des Suisses durant l'hiver.

Améliorer la communication

Même son de cloche du côté vaudois. Les stations de Villars - Gryon et les Diablerets ne proposent pas d'offres supplémentaires pour l'hiver mais mettent l'accent sur leur éventail de prestations, notamment la gratuité des enfants jusqu'à 9 ans.

«Il s'agit aussi d'amplifier la communication en France, Belgique, Suisse et aux Pays-Bas», explique le directeur de l'association touristique des trois stations, Laurent Michaud. «D'autres dispositions seront très certainement prises pour l'été», précise-t-il, encore.

Dans le même ordre d'idée, Arosa Lenzerheide (GR) et Saas-Fee (VS) se sont associées et ont lancé le site web: www.wir-bieten-mehrwert.ch. Le but est, ici aussi, de présenter clairement les prestations et les plus-values méconnues de ces deux destinations.

Défi élevé

Les stations alémaniques, de leur côté, annoncent des mesures dans les plus brefs délais même si la plupart ne peuvent pas encore se prononcer sur leur teneur.

Le défi est particulièrement élevé pour la région de sports d'hiver de Scuol, Samnaun et Val Müstair dont la moitié des clients viennent de la zone euro, explique Niculin Meyer, porte-parole de la région.

Ainsi à Samnaun nombreux sont les prestataires à proposer le franc au taux préférentiel d'1,10 franc, ou encore un rabais forfaitaire de 10% afin que le touriste ne paie au final pas plus cher qu'avant le 15 janvier.

Par ailleurs, la Fédération suisse du tourisme a précisé à la fin de la semaine passée qu'elle devait dans le cadre d«un dialogue étroit avec la branche élaborer un paquet de mesures à long terme. Ce dernier sera communiqué fin février. (ats)

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!