LNA: Stecher: «Dur de garder l'équipe concentrée»

Actualisé

LNAStecher: «Dur de garder l'équipe concentrée»

L'assistant de Kevin Schläpfer a été contraint de prendre le relais à la suite du malaise dont le coach biennois a été victime lors de la rencontre face à Zoug. Un exercice périlleux bien maîtrisé.

par
Grégory Beaud
Bienne
L'assistant a pris ses responsabilités.

L'assistant a pris ses responsabilités.

Bienne est en play-off! Les Seelandais ont réussi ce tour de force pour la deuxième année consécutive. Ils n'ont pas tremblé lors de leur dernier match face à Zoug, s'imposant 3-0. Un fait de match aurait pu les déstabiliser: au cours de la première période, l'entraîneur biennois Kevin Schläpfer a dû quitter la bande en raison d'un malaise.

«20 Minutes» fait le point avec son assistant, Dino Stecher, qui a été contraint de prendre les rênes de l'équipe au pied levé.

Dino Stecher, que s'est-il passé avec Kevin Schläpfer?

- Je ne crois pas que ce soit grave. Les médecins ont parlé d'une chute de pression. Trop d'émotions d'un coup, il a dû s'asseoir et c'était plus sage de ne pas le faire revenir après la pause.

Comment avez-vous vécu ce passage de témoin inhabituel?

- J'ai évidemment déjà été dans la position de l'entraîneur principal. Toutefois, cela n'a pas été de soi. Heureusement que nous avons pris un départ idéal. Cela a soulagé tout le monde. Il fallait surtout faire attention de ne pas nous faire remonter, car 3-0 n'est pas un avantage si grand.

Et les joueurs, comment ont-ils réagi?

- Tout le monde savait qu'il se passait quelque chose, mais finalement il fallait juste se dire que le meilleur moyen de faciliter la vie de Kevin était de gagner.

Vu l'enjeu, garder les joueurs sous pression n'a pas dû être si compliqué.

- Détrompez-vous! Une équipe, c'est une mécanique bien rodée. Parfois, un petit grain de sable peut tout déstabiliser. Heureusement, tout s'est bien passé aujourd'hui.

Il faut déjà se pencher sur les quarts de finale face à Fribourg.

- On va déjà commencer par nous réjouir de cette qualification et peut-être même boire une bière ou deux. Mais dès jeudi, nous serons prêts à relancer la machine afin de préparer au mieux cette série face à une grosse équipe.

Comment éviter une décompression après un tel accomplissement?

- J'ai déjà des exercices en tête pour l'entraînement de jeudi matin. Je peux vous garantir que les joueurs n'auront pas le temps de décompresser (rires).

Stéphanie Mérillat, vice-présidente du CA.

Les joueurs n'ont jamais eu l'air stressés. Cela arrivait parfois, mais là je les ai trouvés sereins. Je suis particulièrement satisfaite que nous nous soyons qualifiés par nos propres moyens, sans avoir eu besoin d'aide extérieure.

Gaëtan Haas, attaquant de Bienne.

Nous avions à coeur de prouver que notre qualification de la saison passée n'était pas due au hasard. Cette année, personne ne nous attendait. C'est peut-être grâce à cela que nous avons eu les ressources nécessaires pour passer l'épaule aujourd'hui.

Ton opinion