Cyclisme - Stefan Küng a son fan-club dans les Flandres
Publié

CyclismeStefan Küng a son fan-club dans les Flandres

Le Thurgovien n’est pas soutenu qu’en Suisse. Dans les Flandres, il a également une joyeuse bande de supporters, jamais à court d’idées.

par
Robin Carrel
(Louvain)
«Géant Stefan». Les supporters du Suisse sont créatifs…

«Géant Stefan». Les supporters du Suisse sont créatifs…

DR

«Il y a quelques années, on a eu l’idée étrange de vouloir supporter un coureur venu de l’étranger pendant le Tour du BeNeLux, parce que tous nos Belges avaient déjà leur groupe de supporters sur les bords de route. On a décidé de faire une banderole à la gloire de Stefan Küng. Il était encore inconnu par chez nous, mais on avait repéré son potentiel sur les Classiques flandriennes et il était coéquipier avec Greg Van Avermaet, qui vient de pas loin de chez nous.»

La situation n’est pas courante, mais les explications de Tom Vijt, des «King Küng Freunde» sont limpides. Et l’histoire va prendre. «On l’a ensuite rencontré à son bus et on était alors quatre amis dans l’aventure. Il a alors été si gentil et heureux de ce qu’on avait alors réalisé, qu’on s’est décidé à faire une «fan page». C’est là que, sorties de nulle part, de plus en plus de personnes nous ont rejoints. Alors on a fait des cartes de membres, des t-shirts, etc. et Stefan est devenu de plus en plus connu dans notre village.»

La cité en question, c’est Moerzeke, située dans une boucle de l’Escaut, au nord de la ville de Termonde, en Flandre-Orientale. «On a commencé ça un peu comme une blague et c’est devenu une passion, rembobine Tom. Stefan a commencé à bouger en course, à nous reconnaître après les épreuves et il est même venu dans notre village. Je pense que le succès de son fan-club est à 70% dû à sa gentillesse envers ses fans. Il y a aussi 20% qui viennent de ses bons résultats et les 10% restants, c’est juste notre amour de boire des bières entre amis.»

Cette semaine, alors que les Mondiaux de la petite reine se déroulent dans les Flandres, les supporters du Thurgovien ont mis les petits plats dans les grands, pour accompagner leur idole. Ils ont construit un Küng géant en papier mâché, qu’ils sont allés balader au bord du tracé du contre-la-montre de Bruges dimanche dernier. Avant, ils ont défilé dans Moerzeke avec leur «Reus Stefan», leur «Géant Stefan», avec le renfort de la fanfare locale et sûrement, aussi, après quelques bières.

Küng, lui, forcément, apprécie le geste et ne tarit pas d’éloges sur la culture cycliste des locaux. «La Belgique, c’est vraiment le pays du vélo. On le sent tous les jours ici au bord de la route, quand on court. Partout où l’on va, on entend notre nom. C’est dingue!, s’est enthousiasmé dans la semaine le coureur de la Groupama-FDJ. Ici, le cyclisme, c’est quasi le sport No 1. Et avec ces Championnats du monde, tout le pays vibre. Dimanche, ça va être un truc incroyable. J’ai hâte d’y être, parce que ça me motive encore plus. Il y aura un public fou.» Et aussi quelques fous dans le public.

Ton opinion