Paris - Roubaix: Stefan Küng: «La plus belle des courses»
Actualisé

Paris - RoubaixStefan Küng: «La plus belle des courses»

Le Thurgovien s'apprête à vivre dimanche son premier «enfer du Nord» chez les pros. Le rouleur de la BMC se dit en grande forme.

par
Oliver Dufour
Le Thurgovien a récemment remporté son 1er succès pro.

Le Thurgovien a récemment remporté son 1er succès pro.

Après un début de saison sur route gêné par une maladie, juste après son titre mondial sur piste en poursuite individuelle, le Thurgovien de 21 ans a frappé fort avec une 2e place au contre-la-montre des Trois Jours de La Panne, puis son 1er succès pro à Limbourg, samedi. Le voilà qui lorgne Paris-Roubaix avec motivation.

– Avec votre fin de saison sur piste en fanfare, puis des débuts tonitruants sur route, arrivez-vous encore à suivre?

Oui, bien sûr (rire). Même si cette 1re victoire est arrivée plus tôt qu'imaginé. Mais après le titre sur piste je n'étais pas bien. J'ai eu du mal à me remettre d'une infection virale aux poumons et ça m'a fait rater des courses. Ce n'était pas le départ de rêve. Mais revenir ainsi et être compétitif, c'est une grande satisfaction.

– Que représente Paris - Roubaix pour vous?

C'est la plus belle de toutes les courses. Quelque chose de spécial, un charme particulier. J'y ai déjà participé en juniors et en M23, où j'avais eu 36 km de secteurs pavés. Mais là c'est les pros, ce sera ma 1re grande classique. J'aimerais y être performant. Mais je n'ai jamais couru sur 260 km. Je ne sais pas comment je vais digérer.

– Quelles seront vos ambitions, dimanche?

L'équipe sait que je suis en forme et je pense qu'ils me feront confiance si je leur dis que je me sens bien dans le final. Mais je sais à quel point c'est violent, pas seulement pour les jambes, mais pour tout le corps. Et c'est aussi une course qui peut se perdre sur la malchance, avec une chute ou une crevaison. Le but sera d'arriver dans le final avec le plus de forces possible.

– Quels seront vos autres objectifs de la saison?

Je vais faire le Tour de Romandie (du 28 avril au 3 mai), et peut-être aussi celui de Californie, à la mi-mai. Ensuite, ça ­devrait s'enchaîner avec les Tours de Belgique, de Suisse et d'Autriche. Il va y avoir du rythme, mais c'est mieux structuré que dans les classes inférieures.

Ton opinion