Steve Fossett, toujours porté disparu
Actualisé

Steve Fossett, toujours porté disparu

MINDEN, Nevada - Six jours après la disparition de Steve Fossett, les recherches se poursuivaient samedi dans le Nevada, où les secours ont repéré six avions accidentés, mais pas le sien.

Epuisés, les secouristes n'avaient toujours aucune idée samedi de l'endroit où l'aventurier milliardaire aurait pu échouer. Les conditions météorologiques s'annonçaient idéales, avec un faible vent.

Les secours tentent de recueillir des informations positives des vieux accidents d'avion qu'ils ont découverts à l'issue d'une semaine plutôt décourageante. «Cela nous donne de l'espoir. Nous avons découvert beaucoup de choses dont nous ignorions l'existence», a confié la major Cynthia Ryan, de l'aviation civile du Nevada.

Selon elle, l'Etat a une liste de lieux d'accidents connus, mais estime à environ 150 le nombre de crashes jamais recensés ces cinquante dernières années. Des équipes ont marqué les sites découverts pendant les recherches de Steve Fossett pour y retourner plus tard. Aucun reste humain n'a été retrouvé, ce qui n'est guère surprenant dans une région envahie par les coyotes et les pumas.

Steve Fossett avait décollé lundi matin d'une piste aménagée sur le terrain d'un ranch, dans l'ouest du Nevada. Il effectuait un repérage au-dessus des lacs asséchés de l'Etat afin de battre un nouveau record du monde: celui de la vitesse au sol, qui est de 1.234km/h. Le milliardaire n'avait pas déposé de plan de vol. L'appareil était équipé d'une balise qui aurait dû envoyer un signal satellite en cas d'atterrissage brutal, mais aucun n'a été reçu.

Cynthia Ryan a raconté que les autorités avaient reçu des centaines d'informations depuis sa disparition. Les secours se concentrent sur quatre tuyaux jugés plus crédibles. Ils explorent une zone accidentée de 25.900km2, avec de hautes montagnes et des ravins profonds.

Les secours s'inquiètent également du fait que Steve Fossett soit parti avec une seule bouteille d'eau. On pensait jusqu'alors qu'il avait emporté de quoi tenir au moins deux semaines. S'il est encore en vie, il pourrait s'abreuver dans une des sources naturelles qui coulent dans certains secteurs de la région, selon Chuck Allen, un gendarme qui aide à l'organisation des recherches. Encore faut-il qu'il ait atterri non loin d'une de ces sources.

AP

(ap)

Ton opinion