Actualisé 07.04.2012 à 14:16

Air France

Steward ennuyé pour une coupe de cheveux

Un steward d'Air France est menacé de sanction pour une coupe de cheveux qui ne correspond pas aux normes de la compagnie aérienne. Il a même été contraint de porter une perruque, dénoncent des syndicats.

Aboubakar Traoré lors du journal télévisé de France 3 le 1er avril. (photo: dr)

Aboubakar Traoré lors du journal télévisé de France 3 le 1er avril. (photo: dr)

Aboubakar Traoré «est en difficulté au sein de sa compagnie» depuis 2002 pour une coupe de tresses couchées sur le crâne qui s'arrêtent au col, a expliqué un syndicaliste de la CFDT. Pour être admis à effectuer ses heures de vol, il a dû porter une perruque pendant cinq ans, déplore l'UGICT-CGT PNC, un autre syndicat, dans un communiqué.

Aujourd'hui, M. Traoré est «empêché» de voler «malgré les coiffures différentes qu'il a présentées à chaque fois, au prix d'efforts et de sacrifices», écrit le syndicat.

Une procédure de sanction disciplinaire est engagée contre le steward qui ne pourra pas remonter dans un avion «tant que sa coiffure ne sera pas conforme à l'uniforme» imposé, a expliqué la direction de la compagnie française.

«Le règlement stipule qu'un homme ne peut pas porter les cheveux longs ou des tresses», détaille une porte-parole d'Air France, expliquant que «l'image de la compagnie doit être uniforme dans un souci d'esthétisme et d'élégance».

Réexaminer le règlement

La Fédération des associations africaines et créoles (FAAC) et la Fédération Total Respect, qui rassemble dix organisations de lutte contre les racismes, homophobies et sida, appellent de leur côté le Défenseur des droits (autorité de lutte contre les discriminations) «à procéder à un nouvel examen» de la réglementation chez Air France.

En octobre 2011, sur demande du Défenseur des droits, «Air France a modifié ses règles de présentation pour tenir compte des codes esthétiques actuels», rappelle la direction. Et, en janvier, le Défenseur des droits a clôturé le dossier demandant à M. Traoré de se conformer au nouveau règlement, ce qu'il n'a pas fait, explique la porte-parole.

(ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!