Actualisé 08.04.2017 à 06:19

TerrorismeStockholm en état de choc après l'attentat

La capitale de la Suède, d'ordinaire paisible, a été le théâtre vendredi d'une attaque meurtrière à la voiture-bélier.

«C'était terrible! Des corps gisaient partout», raconte Rikard Gauffin, témoin sidéré de l'attaque au camion bélier qui a ensanglanté Stockholm vendredi. D'ordinaire animé, le coeur de la capitale suédoise est depuis plongé dans un funeste silence.

Restaurants, bars et cinémas du centre-ville ont baissé leur rideau dans l'après-midi. Les Stockholmois ont respecté la consigne des autorités de rester chez eux après la tuerie. L'attaque s'est produite autour de 15h00, lorsqu'un camion de livraison a foncé sur la foule dans la rue piétonne et commerçante la plus fréquentée de la capitale, Drottninggatan. A cette heure-là, le vendredi, les Stockholmois sortent du bureau pour le week-end.

Un carnage juste avant le week-end

De fait, la rue grouillait de monde au moment où le camion a surgi. Et le dernier bilan de la police faisait état de 4 morts et 15 blessés, dont plusieurs enfants.

Les témoins ont décrit un carnage, des corps déchiquetés, des rivières de sang, une scène de chaos jusqu'alors inconcevable dans une des capitales européennes réputées parmi les plus sûres. «Un gros camion s'engage (...), il renverse tout. Il roule sur tout», se souvient Rikard Gauffin. «C'était vraiment terrifiant», a-t-il dit à l'AFP.

Hasan Sidi a pour sa part expliqué avoir vu deux femmes âgées allongées sur le sol. L'une d'elles se vidait de son sang. «Une est morte (...) Je ne sais pas si l'autre s'en est sortie». Les policiers étaient choqués. Tout le monde était choqué«, a-t-il confié.

Les secours sont rapidement intervenus et la police a verrouillé le quartier, des rumeurs de détonations ayant fait craindre une autre attaque. Les hélicoptères bourdonnaient au-dessus des toits, les sirènes hurlaient et les fourgons de police sillonnaient les rues pour appeler par haut-parleur la population à rentrer chez elle.

«Je n'aurais jamais pensé que ça arriverait en Suède»

Mais le métro et les trains de banlieue ayant cessé de circuler après l'attaque, des milliers de personnes paniquées ont quitté le centre à pied. Dans les cinémas, les spectateurs sont restés confinés des heures durant.

«Le film a été soudainement interrompu. On nous a dit qu'il y avait un attentat et que l'on devait rester à l'intérieur. Cela fait six heures que l'on attend dans la salle de projection sans pouvoir sortir», a expliqué à l'AFP Lovisa, une lycéenne franco-suédoise jointe sur son téléphone portable.

Avant Stockholm, les villes de Nice, Berlin et Londres ont été la cible d'attaques similaires au camion bélier. Les services de sécurité suédois mettaient certes en garde contre la possibilité d'une attaque de cette nature sur le sol suédois, mais personne, ici, ne voulait vraiment y croire. «Je n'aurais jamais pensé que quelque chose comme cela arriverait en Suède», reconnaissait Haval, un employé de bureau de 30 ans. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!