Actualisé 07.06.2015 à 11:50

Franc fort

Stöckli relève les prix de ses skis en euros

Le fabricant lucernois de skis et vélos Stöckli veut encore se renforcer sur les marchés internationaux.

Le patron de l'équipementier Marc Gläser réagit à la force du franc en relevant ses prix dans la zone euro. Pour contrer le tourisme d'achat, Stöckli aligne les tarifs de ses propres produits de part et d'autre des frontières, indique dans un entretien à la SonntagsZeitung Marc Gläser, depuis octobre dernier à la tête de la société lucernoise. Une différence de 12-13% est encore acceptable, mais pas davantage, selon lui.

«Du moment où nous commercialisons nos skis dans le haut de gamme, nous pouvons nous le permettre», assure le patron. Les gens sont prêts à dépenser davantage pour un produit premium, et font moins de comparaison avec la concurrence.

Les marques étrangères importées et distribuées par les magasins Stöckli en Suisse deviennent elles plus avantageuses. Ce qui aura pour conséquence une perte d'environ 4% sur le chiffre d'affaires, calcule le directeur.

Marge de manoeuvre limitée

En tant que fabricant suisse, les réductions du côté des coûts de production sont limitées, d'après M. Gläser. Des baisses de salaires ou des suppressions d'emplois ne sont pas à l'ordre du jour. Si la situation s'empire, il pourrait envisager d'allonger le temps de travail.

La maison de Wolhusen (LU) s'inquiète de la crise que traverse le tourisme helvétique. Son patron espère seulement que les Suisses qui vont skier en Autriche emportent avec eux leur matériel Stöckli. «S'ils achetaient un équipement autrichien, ce serait notre fin», dit-il.

M. Gläser vise une marge d'exploitation de 10% dans la production, et de 5% dans les ventes. Fondé en 1935 par Josef Stöckli, l'entreprise familiale fait un chiffre d'affaires de 60 millions de francs. À l'heure actuelle, environ 40% de la production annuelle est exportée dans 32 pays, précise le site internet de la société. (ats)

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!