Actualisé 21.06.2008 à 14:17

Stojan Zupljanin, inculpé de crimes de guerre, transféré à La Haye

L'ancien chef de la police serbo- bosniaque Stojan Zupljanin a été transféré samedi au Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie, a indiqué ce dernier.

Le Serbe de Bosnie était l'un des quatre derniers fugitifs recherchés par le TPI.

Stojan Zupljanin, 56 ans, est inculpé pour son rôle présumé dans des crimes de guerre contre des Musulmans et des Croates durant la guerre de Bosnie (1992-95). Il avait été arrêté le 11 juin dans la ville serbe de Pancevo, près de Belgrade.

Meurtre et torture

«Il est accusé de meurtre, de persécution, de torture et de déportation de civils non-serbes, ainsi que de la destruction gratuite de villes, de villages et d'institutions religieuses dans de nombreuses municipalités», précise le TPI dans un communiqué.

Selon l'acte d'accusation, Stojan Zupljanin assurait le commandement de la police dans la région de la Krajina, dans le nord-ouest de la Bosnie, et il dirigeait des unités responsables de crimes de guerre.

«Il est supposé qu'en tant que membre de la dénommée Equipe serbe de crise, Zupljanin a participé à la mise en oeuvre du plan de nettoyage ethnique du territoire qui devait être annexé afin de rejoindre un Etat serbe», ajoute le tribunal.

38 lieux de détention

«Il est affirmé que 38 lieux de détention différents ont été installés pour les non-Serbes dans une zone spécifique de la Bosnie, où les détenus étaient battus, torturés, sexuellement agressés, humiliés, harcelés et soumis à des abus psychologiques», indique le tribunal.

L'accusation a recensé plus de 40 affaires de meurtres commis par des unités qui étaient sous le contrôle de Stojan Zupljanin, y compris l'exécution de plusieurs hommes dans le centre de détention de Trnopolje en août 1992.

Stojan Zupljanin faisait partie des quatre derniers fugitifs recherchés par le Tribunal pénal international pour l'ex- Yougoslavie. L'ex-chef politique des Serbes de Bosnie, Radovan Karadzic, et l'ex-chef militaire, Ratko Mladic, et l'ancien leader des Serbes de Croatie Goran Hadzic sont eux toujours en fuite.

(ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!