Initiative populaire - «Stop à la vaccination obligatoire»: le peuple votera
Publié

Initiative populaire«Stop à la vaccination obligatoire»: le peuple votera

Les initiants annoncent avoir récolté les 100’000 signatures nécessaires avant l’échance. Ils exigent que personne ne soit «désavantagé» après avoir refusé une vaccination.

Le texte a été largement soutenu par les manifestants anti-mesures sanitaires.

Le texte a été largement soutenu par les manifestants anti-mesures sanitaires.

20min/Michael Scherrer

«Les atteintes à l’intégrité physique ou psychique d’une personne requièrent son consentement. Si la personne concernée refuse de donner son consentement, elle ne doit ni se voir infliger une peine, ni subir de préjudices sociaux ou professionnels.» Le texte de l’initiative populaire «Pour la liberté et l'intégrité physique (STOP à la vaccination obligatoire)» est court et limpide. Lundi, le président de «Mouvement de liberté Suisse» Richard Koller, à l’initiative du texte, a indiqué à «Blick» que le cap des 100’000 signatures récoltées avait été franchi.

Aucun désavantage pour les sceptiques

L’initiative peut paraître contradictoire puisqu’elle se bat contre quelque chose qui n’existe pas: la vaccination obligatoire. Le Conseil fédéral a toujours répété qu’en aucun cas une personne ne pourrait être vaccinée contre sa volonté. Or, le texte ajoute, de façon encore vague, que nul ne doit être discriminé s’il refuse un vaccin, un point tout à fait d’actualité puisque mercredi devrait être décidée l’extension du certificat Covid, impliquant que les personnes qui refusent le vaccin pourraient se voir refuser l’accès à certains lieux s’ils ne se font pas tester à la place.

Le «Mouvement de liberté Suisse» fait partie des groupes qui se battent contre les mesures sanitaires. Les Amis de la Constitution, à l’origine pour leur part du deuxième référendum contre la loi Covid, a également particupé à la récolte de signatures.

Les puces 5G de retour

Le site qui présente les arguments pour ce nouveau texte sort d’ailleurs la plupart des arguments contre le vaccin des coronasceptiques. «Le bénéfice d’une vaccination est une question de foi», «Les vaccins génétiques ne sont pas testés pour leurs effets secondaires à long terme et sont considérés à juste titre comme dangereux par de nombreuses personnes», peut-on par exemple y lire.

Richard Koller n’hésite d’ailleurs pas à glisser à Blick que son initiative peut viser plus loin encore. «Elle permettra aux gens de décider librement à l’avenir s’ils veulent aussi se faire injecter des puces ou des codes numériques sous la peau», dit-il.

(ywe)

Ton opinion

103 commentaires