Actualisé 01.03.2009 à 20:59

GenèveStress: «Je vais blesser comme on m'a blessé»

Le rappeur lausannois tournait dimanche son nouveau clip, «V», dans un studio de la TSR.Confidences.

de
Ludovic Jaccard

«Ils sont courageux de porter ces masques pendant des heures sous les projecteurs», a confié Stress dimanche. En effet, une trentaine de figurants, le visage caché sous des masques à l'effigie du chanteur, bousculent Stress dans une scène de son nouveau clip, «V».

Est-ce à dire que le rappeur se bat contre lui-même dans cette vidéo? «Dans la chanson je dis: je veux baiser comme on m'a baisé et blesser comme on m'a blessé. Quand on fait du mal, on est à la fois victime et bourreau», explique le Vaudois de 32 ans.

«Ce titre parle de toutes sortes de violences, souvent gratuites. A notre époque, les gens se sentent de plus en plus délaissés. D'autres ont des rêves utopiques. Ils sont alors frustrés par la réalité. C'est de là que vient la violence», explique le rappeur, dont le prochain album sort le 3 avril. «En tant qu'artiste il est important de faire comprendre que la vie n'est pas que strass et paillettes. Il faut avoir des perspectives réalistes!»

Et les enfants, dans cette société? «De nos jours, beaucoup de parents sont dépassés par l'éducation de leurs gosses. Certains démissionnent, car cette tâche est devenue difficile. Mais ça n'enlève rien mon envie d'être père un jour.» Et l'époux de Melanie Winiger d'ajouter: «Je veux avoir des enfants pendant que je suis jeune pour être en accord avec eux.»

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!