Actualisé 15.03.2020 à 07:45

CoronavirusStupéfaite, la Suisse se referme de plus en plus

Surpris par l'ampleur avec laquelle se propage le coronavirus, les cantons et la Confédération déploient de gros moyens pour faire face à la situation.

La Suisse est stupéfaite par l'accélération de l'épidémie de coronavirus. Le Tessin franchit une étape de plus: à partir de minuit samedi, il ferme tous les restaurants, bars et magasins, à l'exception des épiceries et pharmacies. Le scénario tessinois se dessine pour le reste de la Suisse, a indiqué Jacques Fellay, médecin infectiologue au CHUV et à l'EPFL, sur les ondes de la RTS samedi soir.

L'impression de mobilisation se renforce pour lutter contre une épidémie qui s'emballe. Les cas de contamination ne cessent de grimper. L'Office fédéral de la santé publique (OFSP) recensait 1359 cas testés positifs samedi, dont quatre au Liechtenstein. Treize personnes sont décédées pour l'heure en Suisse, dont deux de plus au Tessin, le canton qui connaît pour l'heure le plus de décès (5).

Pour un retour aux tests

Jacques Fellay a aussi plaidé pour un retour rapide à une pratique de tests systématiques, «seule manière» selon lui «d'évaluer la situation sérieusement» avec des fonds débloqués dans ce but. «On a parlé vendredi d'un fonds de 10 milliards de francs prévu pour aider l'économie, mais on n'a pas vu la création d'un fonds pour acheter des tests», a-t-il déploré.

Samedi, des clients se sont rués dans les magasins suite aux mesures prises vendredi par le Conseil fédéral pour lutter contre le coronavirus. Les rayons ont été partiellement vidés dans plusieurs villes suisses. Les détaillants assurent toutefois qu'il n'y a pas de risque de pénurie.

L'armée s'engage

L'armée suisse va s'engager pour soutenir des hôpitaux dans les cantons. Un bataillon de quelque 600 militaires sera déployé pour la première fois lundi. Après le Tessin, l'armée pense que d'autres cantons vont bientôt demander de l'aide, a indiqué le Département fédéral de la défense (DDPS) à Keytone-ATS.

L'armée a également décidé de stopper jusqu'à nouvel ordre le recrutement. Près de 500 jeunes sont concernés lundi. Le personnel médical - médecins, personnel spécialisé - qui se trouve dans chaque centre de recrutement est ainsi libéré. «Nous pouvons les mettre à disposition là où c?est nécessaire», a précisé un porte-parole. L'armée est déjà mobilisée au Tessin depuis lundi dernier. Elle a d'abord soutenu l'hôpital de Bellinzone avec deux ambulances. Depuis vendredi soir, un total de 23 membres des services sanitaires ont été déployés au sud des Alpes.

Plus de 200 appareils respiratoires

A Bellinzone et Lugano, l'armée aide à soigner les patients et s'occupe du matériel. Le soutien matériel comprend des systèmes d'aide respiratoire et de suivi, des brancards, des tentes et des conteneurs médicalisés. Les détachements doivent être remplacés le 20 mars. Selon l'armée, la durée du déploiement n'a pas encore été déterminée.

Selon la Société suisse de médecine intensive (SSMI), les unités de soins intensifs en Suisse disposent de 800 à 850 lits équipés d'appareils respiratoires. L'armée dispose de 204 appareils supplémentaires pour les éventuels patients atteints de la maladie pulmonaire Covid-19. Quatre d'entre eux se trouvent au Tessin depuis vendredi.

Hôpital privé réquisitionné

Le canton de Genève a lui réquisitionné samedi matin le service des soins intensifs de l'Hôpital privé de La Tour, à Meyrin. Cette mesure lui permet de disposer de davantage de places en soins intensifs pour faire face à l'épidémie de coronavirus.

A Genève, le nombre habituel de lits en soins intensifs «peut être plus que doublé dans le cadre du système genevois», a déclaré le président du Conseil d'Etat Antonio Hodgers à la RTS, sans articuler de chiffres. «Nous allons réquisitionner tout le matériel, les espaces et les professionnels nécessaires», a-t-il poursuivi, faisant allusion aux cliniques privées.

A Lucerne, la police cantonale lucernoise fermera plusieurs petits postes de police à partir de lundi pour protéger ses agents du coronavirus. La mesure doit permettre de réduire le contact avec le public et donc les risques d'infection. Lucerne est le premier corps en Suisse à prendre une telle mesure.

Le conseiller fédéral Alain Berset a lui dû rappeler à l'ordre des stations de ski. Les mesures de fermeture décidées vendredi par le Conseil fédéral à cause du coronavirus ont parfois suscité des interprétations différentes. Certaines sont restées ouvertes.

Dans le canton de Vaud, le Conseil d'Etat a publié samedi ses directives d'application pour les secteurs de l'hôtellerie, de la restauration et du divertissement. les bars, cafés et restaurants doivent désormais fermer à 22h. Comme déjà annoncé vendredi, les discothèques resteront portes closes. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!