Actualisé 03.09.2019 à 08:32

SantéSuccès clinique contre la sclérose en plaques

Le groupe pharmaceutique suisse Novartis a annoncé vendredi une avancée dans son traitement expérimental contre la sclérose en plaques.

La multinationale prévoit de faire un point plus précis sur les résultats de ces études à l'occasion du prochain congrès du Comité européen pour le traitement et la recherche contre la sclérose en plaques.

La multinationale prévoit de faire un point plus précis sur les résultats de ces études à l'occasion du prochain congrès du Comité européen pour le traitement et la recherche contre la sclérose en plaques.

Keystone/archive / illustration

Novartis assure vendredi avoir constaté une supériorité de son traitement expérimental contre la sclérose en plaques, ofatumumab, sur l'Aubagio (teriflunomide) de son concurrent hexagonal Sanofi.

Les études cliniques «Asclepios» I et II ont notamment démontré une réduction du taux annualisé de rechute chez les patients présentant la forme récurrente-rémittente de la maladie, permettant à ces volets de recherche d'atteindre leur critère primaire d'évaluation.

Plusieurs critères secondaires ont également été concrétisés, à commencer par un ralentissement non détaillé de la progression de l'invalidité. La multinationale prévoit de faire un point plus précis sur les résultats de ces études à l'occasion du prochain congrès du Comité européen pour le traitement et la recherche contre la sclérose en plaques (Ectrims), qui se tiendra du 11 au 13 septembre à Stockholm.

Autorisation de commercialisation

Des pourparlers seront ensuite engagés avec divers gendarmes sanitaires d'ici la fin de l'année, en vue d'une autorisation de commercialisation. En cas d'homologation, l'ofatumumab pourrait devenir la première thérapie pour cellules B qu'une vaste population de patients pourrait s'administrer de manière autonome à domicile, précise un communiqué.

Le laboratoire rhénan a acquis les droits sur l'ofatumumab auprès du danois Genmab et de son partenaire britannique GlaxoSmithKline (GSK) en décembre 2015, moyennant jusqu'à un milliard de dollars en versements initial et d'étapes. La substance est déjà commercialisée dans le domaine oncologique sous l'appellation Arzerra. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!