Lausanne/France: Succès mondial pour l'élan de solidarité d'un Vaudois
Actualisé

Lausanne/FranceSuccès mondial pour l'élan de solidarité d'un Vaudois

Des ruches ont été vandalisées il y a dix jours dans le Pas-de-Calais (F). Une démarche d'entraide a trouvé un vif écho sur la Toile.

par
Abdoulaye Penda Ndiaye
Un brasier a été allumé par des personnes mal intentionnées et une quinzaine de ruches y ont été jetées.

Un brasier a été allumé par des personnes mal intentionnées et une quinzaine de ruches y ont été jetées.

DR

Il y a deux semaines, Fabien et Christophe ne se connaissaient pas encore. L'un est un apiculteur de 23 ans installé dans le Pas-de-Calais, l'autre imprimeur-graphiste indépendant à Lausanne. Le dimanche 4 février, Fabien a subi des actes de vandalisme qui ont détruit ses 250 ruches, un an de travail et un investissement de plus de 30'000 euros. Abattu, le jeune homme étale son désarroi sur les réseaux sociaux. Il veut abandonner la partie et changer d'orientation professionnelle.

C'est là que Christophe sort du bois. Ayant appris la mésaventure de l'apiculteur, il décide d'initier une chaîne de solidarité en lançant une cagnotte. «Mes prévisions les plus optimistes ne dépassaient pas 500 euros. Lundi, il y avait 1200 dons et un montant total de 17'000 euros», s'enthousiasme le patron de l'imprimerie Ange Créations.

Sur le Net, un élan de générosité planétaire a pris forme grâce à lui. Incrédule, Fabien voit défiler plus de 5000 messages de soutien. «Des gens m'ont écrit du Canada. Je n'en reviens pas», s'émeut le jeune homme. Quant à l'action initiée par le Vaudois, elle suscite l'intérêt des médias français. La belle histoire entre Fabien et Christophe fait le tour de l'Hexagone. «Je vais commander de nouvelles ruches dont certaines auront une vocation pédagogique», indique Fabien. Le Français se dit éternellement reconnaissant vis-à-vis du Vaudois. «Je vis un rêve debout», s'émerveille-t-il.

Des mouvements d'entraide fréquents

Plusieurs démarches similaires ont été relatées par «20 minutes» dernièrement à la suite de drames. En septembre, la propriétaire de quatre ânes abattus par un chasseur suisse dans le massif des Bauges (F) avait reçu des dons de près de 20'000 fr. A Payerne (VD), l'incendie d'une maison, qui avait provoqué la mort d'une jeune femme, avait aussi entraîné un fort soutien de la part de la population. Les dons étaient dans chaque cas tant financiers que matériels.

Evénement rare et sujets sensibles

«L'initiative est locale, mais les enjeux ne le sont pas», estime Boris Beaude, professeur en humanités numériques à l'Unil, pour justifier le succès de cette entraide. «Le vandalisme, la précarisation des emplois et la disparition des abeilles sont des sujets sensibles qui dépassent largement ce cas particulier. En associant ces trois vulnérabilités contemporaines, la situation de cet apiculteur a d'autant plus ému que ce type d'incident est relativement rare», ajoute-t-il. Il met également le doigt sur le rôle joué par internet: «Cette situation de dons ciblés, très précis, est particulièrement propice à la compassion. Internet permet cela: individualiser considérablement les causes et leurs soutiens.»

Ton opinion