Actualisé 05.08.2016 à 07:48

ONUSuccession de Ban Ki-moon: Pusic se retire

La défection de la Croate Vesna Pusic intervient à la veille d'un 2e tour de scrutin pour choisir le futur chef de l'ONU.

1 / 20
L'ancien premier ministre portugais, Antonio Guterres, a officiellement été intronisé lundi 9e secrétaire général des Nations unies. (New York, 12 décembre2016)

L'ancien premier ministre portugais, Antonio Guterres, a officiellement été intronisé lundi 9e secrétaire général des Nations unies. (New York, 12 décembre2016)

AFP
Le président américain Barack Obama a félicité au téléphone Antonio Guterres après sa récente nomination au poste de secrétaire général des Nations unies. (Mardi 18 octobre 2016)

Le président américain Barack Obama a félicité au téléphone Antonio Guterres après sa récente nomination au poste de secrétaire général des Nations unies. (Mardi 18 octobre 2016)

AFP
Antonio Guterres, 67 ans, ex-Haut commissaire de l'ONU aux réfugiés et ancien Premier ministre du Portugal, a été nommé à la tête de l'ONU pour une durée de cinq ans. (13 octobre 2016)

Antonio Guterres, 67 ans, ex-Haut commissaire de l'ONU aux réfugiés et ancien Premier ministre du Portugal, a été nommé à la tête de l'ONU pour une durée de cinq ans. (13 octobre 2016)

Reuters

L'ancienne ministre croate des Affaires étrangères Vesna Pusic s'est retirée jeudi 4 août de la course à la succession de Ban Ki-moon comme secrétaire général de l'ONU.

Sa défection, la première parmi les nombreux candidats, intervient à la veille d'un deuxième tour de scrutin prévu vendredi au Conseil de sécurité pour choisir le futur diplomate en chef. Celui-ci ou celle-ci prendra ses fonctions en janvier.

Dans une lettre adressée aux présidents de l'Assemblée générale de l'ONU et du Conseil de sécurité, Vesna Pusic reconnait qu'elle n'a pas obtenu les résultats escomptés lors du premier vote qui a eu lieu le 21 juillet.

Pusic arrivée dernière

«Je souhaite faciliter la poursuite du processus (de sélection) en retirant ma candidature», écrit-elle. Vesna Pusic était arrivée en dernière position parmi douze candidats en lice.

Elle avait reçu onze votes l'incitant à abandonner la course et deux votes seulement l'encourageant à continuer, parmi les 15 pays membres du Conseil de sécurité qui votaient.

La sélection du secrétaire général est du ressort du Conseil, où les cinq grandes puissances (Etats-Unis, Royaume-uni, France, Chine, Russie) ont un rôle prépondérant et un droit de veto. L'Assemblée générale entérine ensuite ce choix.

Il reste 6 hommes et 5 femmes en lice

Après le retrait de Vesna Pusic, il reste six hommes et cinq femmes en lice, dont sept viennent d'Europe de l'Est. Une tradition de rotation voudrait que le poste revienne à cette région, qui n'a pas encore eu de secrétaire général.

L'ancien Premier ministre portugais Antonio Guterres est arrivé en tête à l'issue du premier vote, devançant l'ex-président slovène Danilo Turk.

Suivaient dans l'ordre la patronne de l'Unesco Irina Bokova, à égalité avec Vuk Jeremic (Serbie) et Srgjan Kerim (Macédoine), juste devant l'ex-Première ministre néo-zélandaise Helen Clark. Selon des diplomates, les écarts devraient se resserrer à l'occasion du deuxième tour entre les candidats les mieux placés.

La Russie pourrait bloquer Guterres

Aucune voix défavorable ne s'était fait entendre pour tenter de décourager Antonio Guterres au premier tour. Mais la Russie, qui préférerait un secrétaire général venu d'Europe de l'Est, pourrait cette fois-ci signaler son intention de le bloquer et forcer ainsi ses partenaires à négocier.

L'ambassadeur russe Vitali Tchourkine a mis en garde il y a quelques jours les journalistes contre «la tentation de tirer des conclusions hâtives». Il a réaffirmé que le poste devrait aller à l'Europe de l'Est, «même s'il y a de bons candidats d'autres régions». «C'est un processus qui prendra du temps et ne sera pas résolu vendredi», a-t-il ajouté.

Certains diplomates prêtent à Moscou l'intention de le faire durer jusqu'en octobre, mois où la Russie assumera la présidence tournante du Conseil. (nxp/afp)

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!