Genève: Sue Putallaz tourne le dos à la politique
Actualisé

GenèveSue Putallaz tourne le dos à la politique

Sue Putallaz quitte la politique et le parti des Vert'libéraux genevois dont elle assure la présidence par intérim. Elle a dû choisir entre sa fonction et sa vie privée.

«Le parti se retrouve à un moment charnière de son histoire, où il faut s'investir à 200% pour lui donner une chance», a relevé Mme Putallaz. La cheffe d'entreprise de 47 ans ne pouvait s'engager de la sorte tout en s'occupant de ses enfants et des sociétés qu'elle dirige. Elle a donc dû opérer un choix. Interviewée par «Le Temps», elle dit vouloir se consacrer à sa famille et à sa vie professionnelle.

Le fait que le parti des Vert'libéraux ait de la peine à se faire une place à Genève n'est pas lié à la décision de Mme Putallaz d'abandonner la politique. Selon elle, «le contexte politique genevois est difficile», avec un quorum à 7% qui rend «prohibitif» le ticket d'entrée dans les parlements.

Mme Putallaz a relevé note que les Vert'libéraux ont séduit des gens apolitiques. «Aujourd'hui, près de 80% de notre base est composée d'hommes et de femmes qui ne se reconnaissaient pas dans d'autres partis». Revers de la médaille: les Vert'libéraux manquent de personnes ayant une expérience politique.

Selon Mme Putallaz, les Vert'libéraux genevois devraient se choisir un nouveau président à la rentrée d'automne. Jusque-là, le poste sera occupé ad interim par une personne qui devrait être désignée prochainement. (ats)

Ton opinion