Suicides à France Telecom: Peines de prison ferme pour les ex-dirigeants
Actualisé

Suicides à France TelecomPeines de prison ferme pour les ex-dirigeants

L'entreprise nationale de téléphonie est lourdement condamnée pour sa politique de réduction des effectifs «jusqu'au-boutiste» qui a conduit plusieurs de ses salariés à s'ôter la vie.

Didier Lombard au sortir de son procès ce 20 décembre 2019.

Didier Lombard au sortir de son procès ce 20 décembre 2019.

AFP

France Télécom et ses anciens dirigeants, dont l'ex-PDG Didier Lombard, ont été condamnés ce vendredi à Paris pour «harcèlement moral», dans un procès inédit qui s'est tenu dix ans après plusieurs suicides de salariés.

L'entreprise est condamnée à l'amende maximale de 75'000 euros (81'800 francs suisses). Les anciens dirigeants, l'ex-PDG, l'ex-numéro 2 et l'ex-DRH, ont eux été condamnés à 1 an de prison dont 8 mois avec sursis et 15'000 euros d'amende (16'400 francs), pour avoir mis en place une politique de réduction des effectifs «jusqu'au-boutiste» sur la période 2007-2008.

On apprend peu après l'annonce de la condamnation que Didier Lombard va faire appel de sa condamnation à 1 an de prison, dont 8 mois avec sursis, et 15'000 euros d'amende (16'400 francs) pour «harcèlement moral», comme l'a indiqué ce vendredi son avocat Jean Veil.

Cette condamnation «est une faute de droit complète, c'est une analyse politique et de politique démagogique. Évidemment nous allons interjeter appel de cette décision», a déclaré l'avocat à la sortie du tribunal. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion