Suisse-Danemark: un match décisif
Actualisé

Suisse-Danemark: un match décisif

L'équipe de Suisse va vivre un week-passionnant mais redoutable au championnat du monde de Moscou.

Elle affronte samedi le Danemark (14h15/TSI2) pour une place en quarts de finale et sera l'hôte de la Russie dimanche (14h15/TSR 2) pour un match de prestige.

Tout le monde l'a compris, le match contre le Danemark sera décisif pour une place parmi les huit meilleurs. Comme l'an dernier à Riga face à la Biélorussie, une victoire contre le troisième de la poule D serait synonyme de billet pour les quarts de finale. Seulement en 2006, la Suisse s'était loupée contre les Biélorusses (1-2). Samedi, elle affrontera une sélection scandinave qu'elle ne peut pas prendre de haut. L'équipe dirigée par le Canadien Mike Sirant a effectué des progrès depuis le match gagné par la Suisse à Kloten 4-2 dans le cadre du tournoi préolympique en février 2005.

«J'ai vu lors de leur match contre la Suède (réd: 2-5) que leurs jeunes attaquants s'étaient bien développés, il s'agira d'être vigilants», relève Ralph Krueger, toujours prudent quand il s'agit de dépeindre l'adversaire. Il est vrai que le hockey danois est en plein expansion. La preuve: les sélections M20 et M18 viennent d'accéder aux groupes A de leurs championnats du monde respectifs. Pas mal pour un pays qui ne compte qu'une quinzaine de patinoires.

Jamais perdu

Le championnat du Danemark, qui regroupe neuf clubs, se porte de mieux en mieux. Un ou deux matches par semaine ont l'honneur de la télévision en direct. Aucune limite de joueurs étrangers n'est imposée aux clubs qui en comptent jusqu'à douze par équipe. La vedette de la sélection nationale est l'attaquant Frans Nielsen (22 ans) des New York Islanders.

En quinze rencontres, la Suisse n'a jamais perdu contre le Danemark. Elle n'a concédé qu'un match nul (2-2) lors du dernier match amical en avril 2005. Sinon dans le groupe A, la seule partie entre les deux équipes à Tampere en 2003 s'était soldée par net succès helvétique (6-2).

Le souvenir de St-Pétersbourg

Selon le résultat du match contre le Danemark, les Suisses aborderont différement la rencontre face à la Russie de Slava Bykov. En cas de contre-performance face aux Danois, les joueurs de Ralph Krueger devraient alors réaliser un exploit face aux Russes pour aller en quarts de finale. Un déroulement qui rappelerait le Mondial de St-Pétersbourg lorsque la Suisse avaient arraché sa qualification pour le tour intermédiaire en battant la Russie 3-2 au lendemain d'une défaite contre la France.

Cette fois-ci, l'exploit serait encore plus retentissant si la Suisse l'emportait car la Russie marche fort au contraire de l'édition 2000. Après avoir passé 9-1 au Danemark et 8-1 aux Ukrainiens, elle avait encore dominé la Finlande (5-4). Sa première ligne formé du trio de Kazan Zinoviev - Morozov - Zaripov tire l'équipe vers la victoire. Seule la performance en demi-teinte de l'attaquant Alexander Ovechkin (Washington Capitals) pourrait inquiéter Bykov.

En compétition officielle, la Suisse n'a plus battu la Russie depuis le championnat du monde 2000 à St-Pétersbroug (3-2). Quatre défaites et un nul ont suivi.

(si)

Ton opinion