VotationsRetrouvez le dépouillement en direct des votations du 27 septembre 2020

Les Suisses ont balayé dimanche l'initative de limitation de l'UDC ainsi que les déductions fiscales pour enfants. Ils ont en revanche plébiscité le congé paternité. La révision de la loi sur la chasse a été refusée de justesse tandis que le oui aux avions de combat a passé à la raclette.

Ton opinion

Dimanche, 27.9.2020
18:34

Fin de notre direct

Avec ce dernier résultat, nous mettons un point final à ce dépouillement minute par minute des votations de ce jour.

Nous vous remercions de nous avoir suivi et vous donnons rendez-vous pour un autre direct prochainement.

A bientôt!

18:33

L’UE veut aller de l’avant sur l’accord-cadre

Après le net rejet de l’initiative UDC sur la libre circulation des personnes, l’UE veut accélérer le mouvement. La présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen l’a fait savoir dimanche soir. «Je m’attends maintenant à ce que le Conseil fédéral fasse rapidement les pas pour signer et faire ratifier l’accord-cadre», a ainsi déclaré la présidente de la Commission européenne dans une prise de position écrite.

Ce vote valide un des piliers centraux de notre relation: La liberté mutuelle de bouger, de vivre et de travailler en Suisse et dans l’Union européenne. Quelque 1,4 millions de citoyens de l’UE vivent en Suisse et 450’000 Suisses vivent dans l'Union. Ceci sans compter les 320'000 frontaliers qui vont travailler chaque jour en Suisse, a-t-elle rappelé.

«C’est un grand jour pour les relations entre l’Union européenne et la Suisse», a tweeté le président du Conseil européen, Charles Michel. Nous nous réjouissons de poursuivre notre étroite collaboration. Le peuple helvétique s’est prononcé en envoyant un message clair: ensemble, nous avons un bel avenir devant nous», a-t-il ajouté.

18:32

Rejet de justesse du projet de parc éolien à Sonvilier (BE)

L’avenir de l’énergie éolienne dans le Jura bernois a subi dimanche un coup d’arrêt. Le projet de parc éolien à Sonvilier passe à la trappe. Les citoyens l’ont refusé par 5 voix de différence. A cheval sur les cantons de Berne et de Neuchâtel, le parc baptisé des Quatre Bornes prévoyait sept éoliennes à Sonvilier.

Le plan de quartier qui avait valeur de permis de construire a été refusé par 286 voix contre 281, a annoncé la chancellerie. La participation s’est élevée à 68%. Les autorités s’étaient engagées en faveur de ce parc éolien.

Ce projet bicantonal prévoyait l’implantation de sept turbines sur le territoire de Sonvilier et trois sur celui de Val-de-Ruz (NE). Baptisé Quatre Bornes pour illustrer son aspect transfrontalier, ce parc éolien avait été imaginé et porté par des agriculteurs qui avaient confié son développement au groupe E Greenwatt SA.

18:32

Loi sur la chasse: nécessité de remettre l’ouvrage sur le métier

Les Chambres fédérales vont devoir reprendre la révision de la loi sur la chasse. Partisans et opposants sont unanimes sur la nécessité de répondre aux problèmes urgents après le rejet du texte dimanche. Mais ils divergent toujours sur les réponses à apporter. Estimant qu’il existe «un besoin d’action», le conseiller national Christophe Clivaz (Verts/VS), membre du comité pour le «non», a estimé qu’il s’agit maintenant de revenir devant le Parlement sans les lignes rouges du texte rejeté comme les compétences excessives laissées aux cantons.

Plus de moyens doivent être consacrés à la protection des troupeaux contre les prédateurs, qui ne doit pas passer essentiellement par des tirs, a-t-il dit, interrogé par Keystone-ATS. Rien qu’en Valais, 60% des alpages ne sont pas encore totalement protégés, a relevé M. Clivaz. Sur les ondes de la RTS, le biologiste Raphaël Arlettaz insiste lui aussi sur les mesures de protection des troupeaux à mettre en oeuvre, comme la présence de chiens ou la pose de barrières. A ses yeux, le loup a une place dans nos écosystèmes, les tirs ne régleront pas le problème.

18:31

La conférence de presse est terminée

La conférence de presse du Conseil fédéral est terminée.

18:24

Mieux expliquer la situation aux Romands

Il faut désormais expliquer mieux et davantage la situation aux Suisses romands qui ont été nombreux à rejeter l’enveloppe de six milliards de francs, a ajouté la conseillère fédérale. Elle rappelle que les Romands ont toujours été plus sceptiques face à l'armée. Or c'est important pour l'armée d'être soutenue par toutes les régions de Suisse. que En acceptant l’arrêté, le peuple permet à l’armée suisse de continuer à remplir ses tâches et protéger la population contre toute attaque aérienne. C’est un engagement à long terme en faveur de la sécurité de la Suisse, de sa population et de ses infrastructures, selon Viola Amherd.

18:13

"Ce résultat ne remet pas en question l'importance de l'armée"

Avec ce très petit oui, la confiance en l'armée est-elle de mise, demande une journaliste. Viola Amherd rappelle que l'armée a toujours eu de très bons résultats dans les sondages. Ce résultat sur les avions ne remet pas en question selon elle, l'importance de l'armée.

18:11

Ce n'est pas un chèque en blanc

Bien que de justesse, le «oui» du peuple à l’acquisition de nouveaux avions de combat n’est pas un «chèque en blanc», estime Viola Amherd. La transparence continuera à être de mise dans la procédure d’achat de ces appareils, a-t-elle promis.

Des évaluations sont en cours et quatre modèles sont examinés, a rappelé la ministre de la Défense. Tous les avions sont encore dans la course. Il s’agit du Rafale du français Dassault, de l’Eurofighter de l’européen Airbus et des deux avions américains, le Super Hornet de Boeing et le F-35A de Lockheed-Martin.

18:05

On passe enfin aux avions

Au tour de Viola Amherd de s'exprimer. Elle se dit heureuse du vote du jour. Cela représente un investissement à long terme pour la sécurité du pays, dit-elle en remerciant les votants de leur soutien et des discussions engagées.

Elle rappelle que l'évaluation des avions est en cours et qu'un rapport va arriver l'an prochain pour présenter le choix des jets potentiels.

18:03

Au tour du congé paternité

Le congé paternité entrera en vigueur le 1er janvier 2021, a annoncé le ministre des assurances sociales Alain Berset. Ce congé est une bonne nouvelle pour toutes les familles. Un ou deux jours de congé ne sont plus suffisants actuellement, a souligné le conseiller fédéral. Les deux semaines permettront de mieux concilier vie de famille et vie professionnelle. Le peuple a répondu à un besoin actuel des familles et permis de combler une lacune.

Selon le socialiste, c’est aussi une bonne nouvelle pour les PME. «Elles pourront offrir un congé paternité et augmenter leur attractivité face aux grandes entreprises.» Le congé paternité nécessite une «très petite hausse» des cotisations APG. Celle-ci sera effective dès janvier, a précisé le Fribourgeois.

18:01

On aborde le refus des déductions fiscales pour les enfants

Le rejet par le peuple des déductions fiscales pour enfants et frais de garde n’étonne pas le ministre des finances Ueli Maurer. Le Parlement avait fondamentalement revu le projet du Conseil fédéral, a-t-il rappelé dimanche à l’issue du scrutin. A lui de reprendre le dossier en main. Les Chambres fédérales vont pouvoir empoigner une nouvelle fois le dossier. Une initiative parlementaire a été déposée afin de reprendre le projet initial du gouvernement et pour donner une nouvelle chance à la réforme, a souligné Ueli Maurer.

Pour rappel, l’objet comportait deux volets. Il prévoyait une déduction fiscale plus élevée aux familles qui font garder leurs enfants dans une crèche. Le deuxième volet, controversé par la gauche et ajouté au dernier moment par le Parlement, prévoyait une augmentation de la déduction générale pour les enfants de 6500 à 10'000 francs sur le revenu imposable.

17:58

"Villes et campagnes doivent se comprendre"

Le projet n’a pas convaincu. Le résultat de la votation montre l’importance pour la population de la protection de la nature, a souligné la ministre de l’environnement. La révision de la loi sur la chasse a été rejetée non seulement dans les cantons urbains mais aussi dans le Jura ou en Argovie.

Simonetta Sommaruga a toutefois dit comprendre la déception des régions alpines, où la population est concernée par la propagation du loup. «Ce non ne se dirige pas contre eux. Il ne vise pas les éleveurs de moutons et les exploitants d’alpages».

Selon la présidente de la Confédération, villes et campagnes doivent se comprendre. Un équilibre doit être trouvé. «Aucune région ne doit être laissée de côté». Et la Bernoise de citer les efforts faits en matière de service public et d’infrastructures envers les régions périphériques.

17:57

On passe à la loi sur la chasse

C'est simonetta Sommaruga qui vient au front. Le Conseil fédéral a perdu cette votation. Ce non signifie qu'on va rester à la loi actuelle en termes de chasse, souéigne-t-elle. Elle souligne que le sujet a été très émotionnel, comme tous les sujets ayant trait à la nature.

17:54

On passe aux questions

Un journaliste s'interroge sur la poursuite des discussions avec l'UE. KKS rappelle que le Conseil fédéral va fixer sa position ces prochaines semaines, avant de reprendre langue avec Bruxelles sur les points encore en suspens.

17:53

Le Tessin a dit oui.

Elle souligne quand même que 4 cantons ont accepté l'initiative, dont le Tessin. Mais tout le monde est dans la même barque, rappelle-t-elle en témoignant de la compréhension pour les problèmes d'immigration du canton.

17:50

"La volonté de poursuivre la voie bilatérale"

C'est Karin Keller-Sutter qui prend la parole la première pour l'initiative de l'UDC: Avec ce résultat, la population a confirmé sa volonté de poursuivre la voie bilatérale, pour la 10e fois déjà. C'est une bonne nouvelle aussi pour nos partenaires européens, dit-elle.

17:48

Presque tout le Conseil fédéral

Cinq conseillers fédéraux sont présents: Karin Keller-Sutter, Simonetta SDommaruga, ALain Berset, Viola Amherd et Ueli Maurer.

17:45

Le Conseil fédéral devant la presse

Le peuple accepte par 60,3% l’introduction d’un congé paternité

Les pères auront droit à dix jours de congé à la naissance de leur enfant. Sans surprise, les Suisses ont soutenu dimanche par 60,3% l’introduction d’un congé paternité, selon les résultats définitifs.

Tous les cantons romands ont soutenu le texte. Les Vaudois ont massivement plébiscité le congé paternité. Ils étaient 81,6% à glisser un «oui» dans l’urne. A l’inverse, les Valaisans ont été les moins prompts à le soutenir, avec 60,5% de votes en faveur. Mais les communes du Haut-Valais s’y sont majoritairement opposées. A Genève, le congé s’est imposé par 79,4%. Il passe nettement la rampe dans le Jura avec 74,6%, à Neuchâtel avec 73,6% et à Fribourg avec 67,8%. Le congé paternité a également convaincu Berne (56,9%) et le Tessin (67,3%).

Outre-Sarine, les résultats sont plus contrastés. Zurich et Bâle-Ville ont plébiscité le projet. Les Grisons, Lucerne ou Zoug n’ont donné leur accord que du bout des lèvres. Tous les cantons de Suisse orientale et de Suisse centrale s’y sont opposés. L’opposition la plus forte vient d’Appenzell Rhodes-Intérieures (65,3%).

17:37

Les Suisses disent «non» aux déductions fiscales pour enfants

Les parents ne bénéficieront pas de rabais fiscaux. Près de deux tiers (63,2%) des Suisses ont refusé dimanche les déductions pour enfants et frais de garde. Le taux de participation s’élève à 58,5%.

Hormis Genève et le Tessin, tous les cantons ont rejeté le texte. Parmi les cantons romands, Genève a finalement voté «oui» du bout des lèvres avec 50,05%. C’est à Neuchâtel que le «non» a été le plus marqué avec 57,3%. Le Jura (57,5%) et Fribourg (56%) suivent de près, tandis que les Valaisans (51,8%) et les Vaudois (50,8%) ont rejeté de peu le texte.

Outre Sarine, le rejet a été sans appel. Le canton d’Appenzell Rhodes-Extérieues (71,9%) arrive en tête, suivi d’Appenzell Rhodes-Intérieues (70,7%) et de Berne (70,5%) . Le canton de Zurich a nettement rejeté le texte (66,2%). Comme Genève, le Tessin a soutenu ces déductions fiscales, avec 52,1%.