Vaud: Sunrise s'est laissé berner par des filous
Publié

VaudSunrise s'est laissé berner par des filous

Entre 2014 et 2015, l'opérateur a fourni des téléphones gratuits à de «nouveaux abonnés» dont les données étaient bidon.

par
Christian Humbert
Les escrocs se faisaient «offrir» des natels gratuits.

Les escrocs se faisaient «offrir» des natels gratuits.

DR

Plus de 350 000 francs. C'est la perte évaluée par Sunrise dans une plainte transmise à la justice vaudoise en mars 2015. L'opérateur a été victime d'une «fraude de grande ampleur touchant plusieurs cantons», peut-on lire dans la récente condamnation de Mustafa*, un Kosovar de Lausanne au coeur de l'arnaque menée dans le canton de Vaud.

En raison d'une défaillance dans le système informatique de Sunrise, de nombreux individus, dont le Kosovar alors âgé de 27 ans, ont conclu des dizaines de contrats bidon en donnant de fausses informations sur leur identité. L'opérateur n'a pas ­effectué de contrôles et leur a fourni abonnements et cadeaux de bienvenue, généralement des appareils de dernière génération.

Les escrocs en ont profité sans bourse délier. L'arnaque a duré d'août 2014 à mars 2015. L'enquête ne dit pas comment elle a commencé, ni ne révèle l'identité du premier à avoir trouvé la faille. Elle reste également d'une totale discrétion sur le mécanisme qui a permis de profiter des largesses de Sunrise.

Mustafa a informé au moins six de ses connaissances, dont sa soeur. Ces personnes ont conclu jusqu'à douze contrats donnant droit à autant d'iPhone gratuits.

Pour cette escroquerie, le Kosovar vient d'être condamné à 150 jours-amende avec sursis et à 900 francs d'amende. Il devra aussi s'acquitter de 1875 francs de frais. La note de Sunrise devrait, elle, être plus lourde.

L'opérateur nie toute faille du système

«Il y a eu des cas de fraude au cours de la période en question», admet la porte-parole de Sunrise Thérèse Wenger. «Cependant, ces cas n'ont rien à voir avec une vulnérabilité du site web ou de l'e-shop», contrairement à ce que la justice vaudoise a retenu dans sa condamnation.

«Il n'y a eu ni piratage ni autres failles de sécurité» avec ces plateformes, soutient l'opérateur, qui précise: «Les fraudes ont été signalées à la police et sont partiellement toujours en cours. Des mesures ont été prises. Pour des raisons de sécurité, nous ne divulguons pas de détails.»

* Prénom d'emprunt

Ton opinion