Suisse: Sunrise veut croître dans la téléphonie mobile
Actualisé

SuisseSunrise veut croître dans la téléphonie mobile

Le directeur général de Sunrise, Olaf Swantee, déclare la guerre à la concurrence.

Le directeur général de Sunrise, Olaf Swantee, a livré une interview à la «SonntagsZeitung».

Le directeur général de Sunrise, Olaf Swantee, a livré une interview à la «SonntagsZeitung».

photo: Keystone

Le numéro deux helvétique des télécoms veut se développer dans la téléphonie mobile et la télévision.

A cet effet, la firme zurichoise compte élargir son offre TV. Elle recherche également de nouveaux partenaires internationaux, a souligné dimanche Olaf Swantee dans une interview au journal alémanique «SonntagsZeitung».

Il n'entrevoit, par ailleurs, plus aucune raison de fusionner. En 2010, le mariage projeté entre Sunrise et Orange Suisse, aujourd'hui Salt, a échoué suite au veto de la Commission de la concurrence (COMCO).

Erosion des ventes

«Sunrise dispose désormais d'une offre complète. Et la société peut être compétitive face à la concurrence», poursuit son patron.

«Le plus grand défi reste de mettre fin à la contraction de notre chiffre d'affaires», poursuit Olaf Swantee. Mais le chef d'entreprise se montre sur ce point combatif.

Le groupe se trouve, certes, derrière Swisscom et UPC dans le secteur télévisuel en terme de clients mais il enregistre la plus forte croissance. Ce domaine représente 11% de son chiffre d'affaires.

Et «ce pourcentage doit croître car des activités comme la téléphonie fixe sont en perte de vitesse», explique Olaf Swantee. Ce dernier ne fournit toutefois pas d'objectifs chiffrés précis quant aux parts de marché visées.

Tablettes et GPS

Sur le plan mobile où la firme veut croître, le directeur général estime que d'ici quelques années, chacun possédera quatre à cinq appareils: tablettes, GPS ou encore montre connectée. «Nous voulons relier tous ces dispositifs au réseau fixe et mobile», indique le patron de la société.

Sunrise a publié ses résultats semestriels la semaine passée. Si l'entreprise a accru sa rentabilité par rapport au premier semestre de 2015, elle a vu son chiffre d'affaires se contracter à 917 millions, soit 6% de moins qu'entre janvier et fin juin 2015.

Le groupe a dégagé un bénéfice net de 17 millions de francs, contre une perte de 152 millions un an auparavant, consécutive notamment à son entrée en Bourse. Le résultat d'exploitation avant intérêts, impôts, dépréciations et amortissements (EBITDA) s'est aussi amélioré, quoique légèrement, passant d'une année à l'autre de 286 à 287 millions de francs. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion