Actualisé 14.03.2016 à 12:08

Etats-Unis«Super Tuesday»: tous les regards sur Donald Trump

Des millions d'électeurs de cinq grands Etats américains voteront ce mardi pour les primaires.

1 / 150
Le médecin de Donald Trump a réalisé un bulletin de santé en 5 minutes, l'an passé. (Samedi 27 août 2016)

Le médecin de Donald Trump a réalisé un bulletin de santé en 5 minutes, l'an passé. (Samedi 27 août 2016)

Reuters
Une statue peu flatteuse de Donald Trump a fait beaucoup rire, à New York. (Jeudi 18 août 2016)

Une statue peu flatteuse de Donald Trump a fait beaucoup rire, à New York. (Jeudi 18 août 2016)

AFP
Le sénateur démocrate Tim Kaine a été investi candidat à la vice-présidence des Etats-Unis. (Mercredi 27 juillet 2016)

Le sénateur démocrate Tim Kaine a été investi candidat à la vice-présidence des Etats-Unis. (Mercredi 27 juillet 2016)

Keystone

Attaqué de toutes parts pour sa rhétorique incendiaire, Donald Trump espère transformer cette journée en plébiscite.

Juste quand le milliardaire commençait à se poser en rassembleur et adoptait un ton selon lui «plus présidentiel», la situation s'est enflammée dans ses meetings, ciblés par des manifestants qui s'infiltrent et interrompent systématiquement les interventions du milliardaire. Ces comportements déclenchent des réponses parfois très physiques de ses propres partisans, encouragés par les harangues du candidat qui depuis des mois prêche la force et a même appelé à «cogner» les perturbateurs.

Une réunion publique à Chicago vendredi soir a mal tourné, de jeunes partisans du démocrate Bernie Sanders se confrontant, parfois violemment, à ceux du républicain après l'annulation à la dernière minute de l'événement par Donald Trump. Des incidents sans gravité se sont également produits samedi dans l'Ohio. Ses trois meetings de dimanche ont été maintenus.

Va-tout de Kasich et Rubio

La Floride, la Caroline du Nord, le Missouri, l'Ohio et l'Illinois accorderont mardi leurs délégués pour les conventions d'investiture démocrate et républicaine de juillet. Chaque candidat espère grossir son nombre de délégués pour atteindre la majorité absolue requise (1237 chez les républicains, 2383 chez les démocrates). La présidentielle aura lieu en novembre.

La journée de mardi, surnommée «super mardi 2» après celui du 1er mars, sera d'autant plus conséquente chez les républicains que trois Etats (Floride, Ohio, Illinois) attribueront la totalité de leurs délégués à l'homme qui sera arrivé en tête, quel que soit son score.

Le sénateur de Floride Marco Rubio joue son va-tout à domicile. Il s'est lancé dans une campagne effrénée et tente l'exploit malgré des sondages défavorables.

Même scénario dans l'Ohio où c'est le gouverneur, John Kasich, qui joue sa survie. Comme pour Marco Rubio, une défaite ici serait un désaveu pour le candidat, bon dernier des primaires, qui n'aurait plus qu'à se retirer.

99 délégués d'avance pour Trump

Alors que ces deux candidats s'étaient engagés à se ranger quoiqu'il arrive derrière le vainqueur des primaires, le refus de Donald Trump d'apaiser les tensions fait chanceler leur détermination. Marco Rubio, l'air épuisé, a dit samedi que tenir parole lui devenait «chaque jour de plus en plus difficile».

Reste le sénateur du Texas Ted Cruz, un ultraconservateur issu du Tea Party, champion de la droite religieuse, qui mène la résistance la plus crédible contre le promoteur immobilier et croit possible de le vaincre dans un match à deux.

Donald Trump et Ted Cruz rassemblent chacun sur leur nom le rejet des élites et du système politique, mais le sénateur Cruz représente l'orthodoxie conservatrice la plus pure, tandis que Donald Trump adopte une posture populiste, tantôt libérale tantôt conservatrice.

Même si M. Trump l'emportait partout mardi, il n'atteindrait pas mathématiquement le seuil de délégués requis. Mais son avance pourrait être trop grande pour être rattrapée. Il a, à ce jour, 461 délégués, devant Ted Cruz (362), Marco Rubio (154) et John Kasich (54), selon CNN.

Quatorze victoires de Clinton

La journée s'annonce moins conclusive chez les démocrates. Hillary Clinton est la mieux placée avec 772 délégués contre 551 pour le sénateur du Vermont Bernie Sanders, auxquels s'ajoutent près de 500 «super délégués», des élus et responsables démocrates qui voteront à la convention et ont déclaré leur soutien pour l'ex-secrétaire d'Etat.

Dans les 23 consultations tenues à ce jour, elle a gagné 14 fois, mais ses victoires se concentrent dans le Sud historique où les Noirs lui ont démontré un soutien indéfectible.

Ailleurs, dans les plaines du Midwest ou la région industrielle des Grands Lacs, le socialiste démocrate a arraché des victoires grâce au vote des jeunes et des Blancs en général. Son discours protectionniste a fait mouche dans le Michigan, coeur de l'industrie automobile.

Hillary Clinton a, d'ailleurs, adopté samedi, à Youngstown dans l'Ohio, une ligne plus dure contre le nouveau partenariat transpacifique signé par Barack Obama.

Chaque camp martèle qu'aucun vainqueur démocrate n'émergera avant plusieurs mois, voire les primaires de juin en Californie et ailleurs. Tout l'enjeu de mardi, et de chaque échéance ultérieure, sera de bâtir une avance insurmontable. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!