Supporter abattu en Italie: policier poursuivi pour homicide
Actualisé

Supporter abattu en Italie: policier poursuivi pour homicide

La justice italienne a ouvert lundi une information pour homicide par imprudence à l'encontre du policier qui a tué dimanche un supporteur de la Lazio Rome.

Le policier incrimé affirme que le coup de feu mortel était accidentel.

Le chef d'inculpation retenu découle des premières conclusions de la reconstitution des faits effectués dimanche, a annoncé la préfecture de police d'Arezzo, en Toscane, citée par l'agence Ansa.

L'avocat de la famille de la victime, un disc jockey romain âgé de 28 ans, a estimé dimanche que la mort du jeune homme relevait de «l'homicide volontaire».

«Effondré»

«Je ne visais rien, je ne pointais personne. J'étais au moins à 200 mètres, comment aurais-je pu? Le premier coup de feu, je l'ai tiré en l'air et le second est parti alors que j'étais en train de courir. Maintenant je le sais, je suis effondré», a déclaré le policier au journal «Corriere della Sera» de lundi.

«La police saura assumer ses propres responsabilités, et fournira son entière collaboration aux magistrats chargés de l'enquête», a déclaré de son côté le chef de la police italienne, Antonio Manganelli.

Le gouvernement italien a lui réclamé des «gestes forts» aux instances du football. La ministre des Sports Giovanna Melandri, qui a rencontré lundi les présidents de la Fédération, de la Ligue des clubs et du Comité national olympique (Coni), a demandé aux dirigeants du sport «d'évaluer jusqu'à la possibilité de suspendre les championnats au cours des prochaines semaines».

La mort du supporteur a déclenché des violences entre tifosi et forces de l'ordre dimanche dans plusieurs villes italiennes, en particulier à Rome. Dans la capitale, le calme n'est revenu qu'en fin de soirée autour du stade olympique, où le match de championnat AS Rome-Cagliari avait été annulé, et où des groupes d'ultras ont affronté pendant de longues heures les forces de l'ordre.

Au moins trois blessés

Après de nombreuses charges contre les manifestants, le visage caché par des écharpes ou des cagoules, et des jets de gaz lacrymogène, les forces de police ont finalement réussi à disperser les ultras. Trois personnes, dont une femme, ont été arrêtés lors de ces affrontements qui auraient fait au moins six blessés parmi les forces de l'ordre, dont un cas grave.

En accord avec les instances du football, le gouvernement a décidé de reporter à une date ultérieure le match Inter-Lazio qui devait être disputé à Milan, ainsi que le match AS Rome-Cagliari qui devait se jouer dans la capitale. En signe de deuil, les six autres matches de la journée ont commencé avec dix minutes de retard.

(ats)

Ton opinion