Supporter tué en Italie: quatre arrestations
Actualisé

Supporter tué en Italie: quatre arrestations

Les autorités italiennes ont placé en détention lundi quatre personnes accusées d'avoir pis part aux émeutes déclenchées par la mort accidentelle d'un supporter de la Lazio, tué par un policier sur une aire de repos d'autoroute la veille en Toscane.

Gabriele Sandri, un jeune homme de 26 ans disc-jockey à Rome, a été tué dimanche d'une balle dans la nuque alors qu'il était assis dans une voiture. Le policier qui l'a touché avait tiré pour tenter de disperser des supporters qui s'affrontaient sur l'aire de repos.

La police a expliqué être intervenue pour tenter de faire cesser une rixe entre les deux groupes de tifosis, ceux de la Lazio, auxquels appartenait Sandri, et une petite bande de fans de la Juve.

Les policiers se trouvaient de l'autre côté de l'autoroute quand ils sont intervenus.

La mort de Sandri a entraîné la suspension de trois matches de Série A et des émeutes ont éclaté à Rome, Milan et dans d'autres villes.

Le football italien est gangrené par la violence depuis plusieurs saison. En février, la mort d'un policier dans des affrontements après un match de Série A a contraint les autorités à renforcer la sécurité dans et à l'extérieur des stades.

L'agence de presse ANSA a annoncé que l'autopsie du corps de Sandri aurait lieu plus tard lundi à Arezzo, une ville située à environ 200 kilomètres de Rome où il a été tué.

Visé personne

Le policier qui a tiré le coup mortel, dont l'identité n'a pas été révélée, a déclaré dans les colonnes du Corriere della Sera qu'il n'avait visé personne.

«J'étais à 200 mètres», a-t-il dit. «J'ai tiré le premier coup en l'air et le deuxième est parti pendant que je courais.»

Dans un communiqué, la police avait d'abord annoncé que le policier avait tiré les deux coups en l'air.

La nouvelle de la mort du supporter a vite circulé dimanche alors que les supporters se rassemblaient pour les matches. Inter-Lazio, Atalanta-AC Milan et Roma-Cagliari ont été suspendus tandis que toutes les autres rencontres ont été retardées de 10 minutes.

A Bergame, où l'Atalanta accueillait Milan, le match a été suspendu après sept minutes quand les supporters de l'Atalanta ont tenté de franchir une barrière de sécurité pour pénétrer sur le terrain.

A Rome, des tifosis ont attaqué des baraquements de police près du stade olympique et pris d'assaut le Comité olympique italien situé près du stade.

Quatre personnes ont été placées en détention à Rome tôt lundi matin, a annoncé la police, tandis que l'agence ANSA affirmait qu'une quarantaine de policiers avaient été blessés.

(ap)

Ton opinion