Suppression des exas d'octobre à l'Université?
Actualisé

Suppression des exas d'octobre à l'Université?

Les étudiants de la Faculté des lettres de l'alma mater lausannoise ont reçu hier un courriel évoquant l'éventualité d'une suppression de la session d'examens d'octobre en 2007.

André Wyss, doyen de la faculté, précise d'emblée que ce n'est qu'une proposition faite au rectorat. «La direction de l'Université de Lausanne (UNIL) doit encore l'approuver. Elle se prononcera prochainement sur la question», commente-t-il. «Nous avons envoyé ce courriel pour permettre aux étudiants de se préparer, au cas où...» Si la suppression est validée, ils pourront toujours se présenter, en avance, en juin 2007 ou, plus tard, en février 2008.

«La mesure est exceptionnelle et se limite à une seule année», ajoute le doyen. Elle s'expliquerait par l'harmonisation au niveau national de la période des vacances estivales, qui entrera en vigueur l'année prochaine. Ce passage engendrerait un surcroît de travail. Ce qui empêcherait la bonne tenue de la session d'octobre.

La proposition a provoqué des réactions chez les étudiants. Julien Wicki, de la Fédération des associations d'étudiants de l'UNIL, pense que «les sessions d'examens du début et de la fin de l'été sont un service. Elles permettent aux étudiants de s'organiser en fonction de leurs besoins. Par ailleurs, cette proposition confirme une tendance vers la suppression définitive des examens en octobre.»

André Wyss confirme qu'à terme, les trois sessions d'examens actuelles pourraient se limiter à deux: une à la fin du semestre d'hiver, une autre à la fin du semestre d'été. Peu de commentaires du côté du rectorat: «Les facultés sont responsables de l'organisation de leurs examens», explique Marc de Perrot, secrétaire général de l'UNIL.

Dominique Botti

Ton opinion