Genève - Sur le front du Covid, la situation s’améliore «nettement»
Publié

GenèveSur le front du Covid, la situation s’améliore «nettement»

Les autorités sanitaires cantonales se réjouissent de la baisse des cas et d’une hausse des vaccinations.

La médecin cantonale Aglaé Tardin et la pharmacienne cantonale Nathalie Vernaz-Hegi.

La médecin cantonale Aglaé Tardin et la pharmacienne cantonale Nathalie Vernaz-Hegi.

dra

Pas de triomphalisme, loin de là, mais un horizon un peu plus dégagé: la situation épidémiologique «s'améliore nettement», a déclaré vendredi la médecin cantonale Aglaé Tardin. Si le variant Delta continue de se propager, le nombre de cas diminue. Alors que le canton dénombrait la semaine dernière jusqu’à 150 contaminations par jour, ce chiffre est descendu à une centaine.

La taux d’incidence chute

Le taux d’incidence (soit le nombre de nouveaux malades par rapport à la taille de la population étudiée) a connu ces derniers jours «une chute brutale; c’est rassurant», a souligné la spécialiste. Les 20-49 ans constituent la tranche d’âge la plus touchée par le Covid, actuellement. Les hospitalisations concernent dans leur immense majorité des personnes non vaccinées. La médecin cantonale a rappelé que la double injection ne protégeait pas à 100%, mais qu’elle décuplait la protection face au virus.

Boom confirmé des vaccinations

La pharmacienne cantonale, Nathalie Vernaz-Hegi, a de son côté indiqué que les vaccinations étaient en hausse. Plus de 12’000 doses ont été administrées la semaine passée, «un chiffre que l’on n’avait pas enregistré depuis longtemps», tandis que les inscriptions progressent «nettement». Si des clusters subsistent dans les établissements médico-sociaux (EMS), ils sont moins nombreux que le mois passé. Les écoles restent également touchées, mais aucune classe genevoise n’est actuellement fermée ou en quarantaine.

Unités mobiles dès lundi

Les autorités sanitaires ont souligné que les centres de vaccination n’étaient pas saturés. Elles ont par ailleurs rappelé que dès lundi prochain, des unités mobiles permettront de délivrer quotidiennement jusqu'à 600 doses gratuites de sérum, notamment aux étudiants. De manière générale, la pertinence d’une 3e injection n’est pour l’heure pas d’actualité, selon les deux spécialistes, sauf pour des cas tout à fait exceptionnels, tels que des malades immunosupprimés.

(dra)

Ton opinion

181 commentaires