Actualisé

mytheSur les traces de Sherlock Holmes

Avant la sortie, mercredi, du film de Guy Ritchie, suivons le détective en Suisse.

par
Stéphanie Billeter
Le Musée Sherlock Holmes, à Lucens, dans le canton de Vaud. (Photo: dr)

Le Musée Sherlock Holmes, à Lucens, dans le canton de Vaud. (Photo: dr)

«Que diriez-vous de Lausanne, mon cher Watson? Voyage en première classe et tous frais de séjour payés à un tarif princier?» Pas mal Watson, non? Voilà ce cher docteur envoyé par Sherlock Holmes dans la capitale vaudoise, pour enquêter, d'après le titre, sur «la disparition de Lady Frances Carfax».

La Suisse a compté pour Sherlock Holmes, le héros mythique de l'écrivain anglais Arthur Conan Doyle. A tel point d'ailleurs que c'est ici qu'il perd la vie, en 1891, précipité par le professeur Moriarty dans les chutes du Reichenbach, à Meiringen (cette ville bernoise a donné son nom aux meringues, mais cela est une autre histoire).

Pourquoi un tel intérêt pour notre pays? «A l'époque où Conan Doyle écrivait, la Suisse était un lieu de villégiature couru pour les Anglais, explique Vincent Delay, fondateur de la Société d'études holmésiennes de la Suisse romande. Ils adoraient se rendre en Italie et, pour ce faire, ils devaient traverser la Suisse. Conan Doyle, lui, s'est attaché aux paysages suisses. Il est d'ailleurs le tout premier Anglais à avoir fait du ski en Suisse,­ à Meiringen. Il a repensé à cet endroit quand il a voulu tuer Holmes!»

De fait, le lieu possède un musée dédié au détective. Un autre, plus complet, se trouve à Lucens, dans le canton de Vaud, dont Vincent Delay est le conservateur. Et la Société, que fait-elle? «Nous discutons sur les zones d'ombre des histoires! Par exemple qu'est-il advenu du bouledogue dont Watson parle à Holmes lors de leur première rencontre, et plus jamais? Détail amusant pour les connaisseurs, Guy Ritchie a ajouté un bouledogue à son film.» Et quelle est la meilleure adaptation? «Sans hésitation, la série télé avec Jeremy Brett.» Vous avez dit «élémentaire»?

Là où il meurt, en mai 1891: Meiringen

Aussi vrai que le fameux «élémentaire, mon cher Watson» n'est cité dans aucun

roman ni nouvelle, le détective apparaît pour la première fois dans «Une étude en rouge», paru en 1887, et meurt dans «Le dernier problème», dans les chutes de Reichenbach. Que personne ne s'inquiète, Conan Doyle le ressuscite dix ans plus tard. Difficile de vivre sans le mythe. Plus d'un siècle plus tard également.

A Meiringen, on est fier d'avoir «tué» le détective: un musée lui rend hommage, avec la reconstitution de son bureau, tel que décrit dans les histoires. L'occasion de skier sur les traces de Conan Doyle et de loger dans l'hôtel spa (Le Sauvage) adjacent.

Sherlock Holmes Museum, Meiringen, canton de Berne.

Adresse: Bahnhofstrasse 30, Meiringen.

Là où il habite: Londres

Un musée a été aménagé à l'adresse où a vécu le détective en colocation avec le Dr Watson. Au premier étage plus précisément, dans le pur style victorien. On y trouve des portraits d'acteurs, des objets d'époque, les éditions originales des ouvrages.

Sherlock Holmes Museum, 221b Baker Street, Londres.

Là où il aurait pu vivre: Lucens

Pourquoi Lucens? «C'est là où est venu habiter Adrien, fils d'Arthur Conan Doyle, en 1965, raconte Vincent Delay, conservateur du musée. Il a créé ce lieu en hom­mage à son père.»

Basé au départ dans le château, le musée a fermé longtemps avant de rouvrir en 2001. Unique, il dose parfaitement les souvenirs de Holmes (son bureau est reproduit à la perfection) et ceux de Conan Doyle.

Musée Sherlock Holmes.

Adresse: 7 rue des Greniers, Lucens, canton de Vaud.

Le nouveau Sherlock Holmes

Mercredi prochain, nous ferons connaissance avec le nouveau visage du détective. Exceptionnel? Non. Sherlock Holmes est le personnage le plus porté à l’écran. La Société Sherlock Holmes de ­France recense plus de 260 films. Réalisé par Guy Ritchie, ce nouvel opus garantit d’ores et déjà un humour British, des séquences hystériques et un public féminin prêt à évaluer le niveau de testostérone dégagé par Robert Downey Jr et Jude Law, respectivement Holmes et Watson. A propos de Jude Law: la chaîne TMC en profite pour diffuser mardi une curiosité, «Les souvenirs de Sherlock Holmes» (1991), série où il incarnait Joe Barnes, le palefrenier.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!