Actualisé 03.06.2009 à 20:56

Affaire Dieudonné/Bernheim

Sur YouTube, Dieudonné défie la justice genevoise

L'humoriste insulte l'homme de radio Pascal Bernheim et brocarde le procureur de Genève, Daniel Zappelli.

de
Giancarlo Mariani

«Le puissant lobby de youpins sionistes qu'il représente est voleur, raciste et menteur. J'ajoute que je l'emmerde profondément, lui et toute sa clique d'enculés.»

Ces propos de Dieudonné sont extraits d'une vidéo postée sur le web avec en fond sonore l'hymne national suisse. Cible de l'attaque de l'humoriste français: le «riche producteur juif genevois» Pascal Bernheim. Ce dernier avait en effet traité Dieudonné de «nègre» lors de l'émission «Tard pour bar» diffusée sur la TSR en novembre 2008 (lire l'Info-Box).

Ces propos présentés avec un large sourire comme étant à «caractère strictement humoristique» ont soulevé un véritable tollé. «Cette fois toutes les bornes ont été dépassées», s'est ainsi indigné Johanne Gurfinkiel, secrétaire général à la Coordination intercommunautaire contre l'antisémitisme et la diffamation (CICAD).

«Il n'est pas question de laisser salir la communauté juive et nos autorités», a-t-il poursuivi. «La ligne rouge a été franchie», a continué le président, Philippe Grumbach. «Les propos de Dieudonné constituent une grave violation de la loi sur la discrimination raciale. Nous envisageons de porter l'affaire devant la justice», a-t-il prévenu.

Contacté par téléphone, le procureur général Daniel Zappelli, aussi pris à partie dans le sketch, s'est refusé à tout commentaire. De source proche du dossier, c'est en effet à lui qu'incomberait la tâche de statuer en cas de plainte. «Ces attaques graves sont celles d'un homme blessé et vexé qui a perdu la raison», poursuit ce juriste. «Dieudonné risque une très forte amende. D'autant qu'il est récidiviste puisqu'il a déjà été condamné en France pour diffamation publique à caractère racial.»

L'avocat de Dieudonné, Me Jacques Barillon, est resté injoignable mercredi.

Une plainte classée

Dieudonné avait déposé une plainte pénale pour discrimination raciale à l’encontre du producteur Pascal Bernheim. Lors de l’émission de la TSR «Tard pour bar», du 27 novembre 2008, ce dernier avait utilisé le terme «nègre» en parlant de l’humoriste français.

Le procureur général avait classé l’affaire estimant que Pascal Bernheim n’avait pas eu l’intention de blesser ou de nuire, qu’il s’était excusé pour cette plaisanterie au deuxième degré cohérente.

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!