Vaud: Surendetté et sans voiture après un leasing qui a capoté
Publié

VaudSurendetté et sans voiture après un leasing qui a capoté

Un entrepreneur en difficulté a dû rendre son véhicule plus tôt que prévu. Les frais générés ont fait doubler sa facture.

par
Francesco Brienza
Gare aux frais surprises quand on remet les clés d’un leasing.

Gare aux frais surprises quand on remet les clés d’un leasing.

Keystone

«Je me suis fait pigeonner, il n’y a pas d’autre mot.» André* est amer. Le contrat de leasing qu’il a signé en mai 2018 pour une camionnette d’occasion d’une valeur de 8500 fr. a mal tourné et le mois dernier, c’est un acte de défaut de biens à 15’400 fr. qu’il a reçu chez lui.

«Du délire!»

Peu de temps après avoir pris possession du Peugeot Partner de 2012 dans un garage vaudois, l’entrepreneur a connu des difficultés financières. «Je ne pouvais plus payer les mensualités alors le véhicule a été repris, raconte André. Normal. Par contre, les conditions de reprises, c’est l’abus!» ​Entre des réparations de carrosserie estimées à 6000 fr. et les frais de rupture du contrat, l’ardoise se monte à 15’402 francs. «C’est du délire, reprend-il. Je me retrouve sans voiture et surendetté alors que je n’avais déjà pas de quoi me payer la camionnette à son prix initial.» S’il admet de petits dégâts sur la carrosserie, il conteste le montant arrêté: «C’est de l’escroquerie.»

Pièges à éviter

Contactée, la société de leasing n’a jamais répondu à nos sollicitations. Selon le TCS, les pièges à éviter sont nombreux dans ce type de transactions. «Avant de conclure un leasing, il faut établir un budget précis pour connaître la somme dont on dispose chaque mois, rappelle son porte-parole. Les frais annexes peuvent tripler le montant des mensualités.» Si le contrat concerne un véhicule d’occasion, le TCS conseille d’effectuer un procès-verbal de l’état du véhicule lors de sa réception, qui servira lors de son retour.

*Prénom d’emprunt

En cas de conflit

Les dégâts superficiels sont plus ou moins tolérés lors d’une reprise d’un véhicule en leasing. Chaque société a sa propre grille de lecture entre ce qu’elle considère comme de l’usure normale ou un dégât. Si des rayures sur la carrosserie sont jugées trop profondes, leur réparation peut être mise à la charge du conducteur. En cas de désaccord, un centre technique du Touring Club Suisse (TCS) peut fournir une évaluation indépendante et contribuer à faire baisser la note.

Ton opinion

195 commentaires