Genève: Sursauter à l'arrêt de bus pour le bien des aveugles
Publié

GenèveSursauter à l'arrêt de bus pour le bien des aveugles

Les bornes d'info des transports publics ont désormais une voix. Les aveugles disposent d'une télécommande pour la déclencher.

par
Lucie Fehlbaum

La foule est compacte à l'arrêt TPG. Il est 17h30, les travailleurs rentrent chez eux, les élèves d'un collège tout proche traînent encore un peu. Sortie de nulle part, une voix robotique s'élève: «ligne 43, en direction de Loëx-Hôpital, prochain départ dans 2 minutes». Sursaut général. Qui a parlé?

La scène se reproduit régulièrement depuis deux mois et les Genevois feraient mieux de s'y habituer. Cette soudaine effusion vocale des bornes d'informations TPG est indispensable aux personnes aveugles et très malvoyantes. Elles disposent d'une télécommande qui enclenche la fonction. Plus de doute possible sur la ligne et la destination, ni sur le temps d'attente. «Nous avons testé ce dispositif dès novembre avec l'Association pour le Bien des aveugles (ABA), indique François Mutter, porte-parole des TPG. Le test a été concluant et nous avons fini d'équiper nos 180 bornes au début du printemps.»

«Nous souhaitions du son depuis longtemps, se réjouit Bernard Jost, chargé de projet à l'ABA. Cela existe à Berne sous la forme d'un bouton posé sur la borne. A Genève, les autorités sont parties du principe que les gens appuieraient dessus en boucle pour casser les pieds de tout le monde. Nous avons trouvé le compromis de la télécommande.» Pas plus grande qu'une pièce de 5 francs, elle sera utile à 200 utilisateurs. Pour l'heure, l'ABA en a distribué à 50 de ses membres. «Les TPG nous ont offert les 100 premières, que nous distribuons petit à petit. Nous achèterons les 100 suivantes grâce à nos soutiens.» Seul regret de Bernard Jost, l'objet est destiné aux seuls autochtones. «Avec une application, les touristes très malvoyants ou aveugles pourraient géolocaliser les bornes et enclencher la fonction vocale par Bluetooth,» imagine-t-il.

Ton opinion