Valais: Surveillant acquitté, oncle de la noyée condamné
Publié

ValaisSurveillant acquitté, oncle de la noyée condamné

Condamnés pour homicide par négligence après la noyade d'une jeune nageuse en août 2013, un maître-nageur et le directeur d'une piscine à Veysonnaz ont été blanchis par le Tribunal cantonal. L'affaire ira au Tribunal fédéral.

par
apn
Une Française de 8 ans s'est noyée lors de ses vacances à Veysonnaz (VS) en 2013. Condamnés en première instance, le maître-nageur et le directeur de la piscine ont été acquittés par le Tribunal cantonal valaisan.

Une Française de 8 ans s'est noyée lors de ses vacances à Veysonnaz (VS) en 2013. Condamnés en première instance, le maître-nageur et le directeur de la piscine ont été acquittés par le Tribunal cantonal valaisan.

Les vacances en Valais d'un couple avec cinq enfants et une nièce de 8 ans se sont transformées en enfer en août 2013. Alors qu'une partie des enfants étaient à la piscine de Veysonnaz, une jeune parisienne de 8 ans venue passer quelques jours avec cette famille a momentanément disparu. Jusqu'au moment où une jeune nageuse de 16 ans a aperçu «l'ombre d'un enfant au fond du bassin». Le maître-nageur a plongé pour ramener le corps à la surface avant de lui faire une assistance cardiaque et respiratoire. Héliportée au CHUV, l'enfant décède quatre jours plus tard.

Le maître-nageur, le directeur de la piscine, l'oncle et la tante de la victime ont été condamnés en première instance pour homicide par négligence en janvier 2018. Mais les deux premiers nommés ont interjeté appel. Ils viennent d'être acquittés par le Tribunal cantonal du Valais, selon «Le Nouvelliste». Les juges cantonaux ont estimé que «la surveillance ne peut objectivement pas porter sur tous les actes des usagers de la piscine».

Prochaine manche au Tribunal fédéral

«Le jugement du Tribunal cantonal valaisan sur la noyade de Veysonnaz a opéré un changement de jurisprudence en créant une responsabilité primaire à la charge des accompagnants d'enfants», a déclaré au quotidien valaisan Me Véronique Fontana, avocate de la maman de la victime. L'avocate lausannoise va porter l'affaire au Tribunal fédéral. «Ma cliente est très triste. Alors que l'oncle et la tante de la victime, présents au moment du drame, ont été condamnés et n'ont pas contesté leur responsabilité, les exploitants sont blanchis», a commenté l'avocate lausannoise. La partie adversaire salue le jugement du Tribunal cantonal. «Pour retenir un homicide par négligence, il faut avoir manqué de prudence et que la faute soit liée au décès. Cette infraction n'a pas été retenue à juste titre», a déclaré au Nouvelliste Me Hildebrand de Riedmatten, l'avocat du directeur de la piscine.

Ton opinion