Paris – Suspendu par le Covid, le procès du 13-Novembre va pouvoir reprendre
Publié

ParisSuspendu par le Covid, le procès du 13-Novembre va pouvoir reprendre

Testé positif au Covid fin décembre, le principal accusé des attentats de 2015 a été jugé jeudi apte à comparaître. Son interrogatoire est prévu les 13 et 14 janvier prochains.

L’état de santé de Salah Abdeslam, ici au centre, ne l’empêche plus de comparaître. Reste à savoir s’il va vraiment se présenter au tribunal où il refuse de se rendre depuis fin novembre.

L’état de santé de Salah Abdeslam, ici au centre, ne l’empêche plus de comparaître. Reste à savoir s’il va vraiment se présenter au tribunal où il refuse de se rendre depuis fin novembre.

AFP

Perturbé par la situation sanitaire, le procès du 13-Novembre doit reprendre jeudi avec les premiers interrogatoires des accusés sur les faits, l’état de santé de Salah Abdeslam, testé positif au Covid fin décembre, ne l’empêchant plus de comparaître.

«D’un point de vue sanitaire, rien ne s’oppose à son extraction le jeudi 6 janvier 2022 pour la reprise de l’audience», a affirmé mercredi un communiqué du Parquet national antiterroriste (Pnat). Selon le Pnat, un complément d’expertise médicale doit toutefois être réalisé mercredi.

Ce complément fait suite, selon une source proche du dossier, aux interventions de l’avocate de Salah Abdeslam, Me Olivia Ronen, qui a soutenu mardi à l’audience que son client n’était pas en état de comparaître.

Refus de comparaître

Une première expertise effectuée lundi avait conclu que Salah Abdeslam était «apte tant sur le plan médical que sanitaire à assister aux audiences de la Cour d’assises», malgré une «asthénie secondaire de l’infection», selon le rapport. La présence de Salah Abdeslam jeudi reste toutefois incertaine: il refuse de comparaître depuis le 25 novembre.

Au terme de près de quatre mois d’audience marqués par les auditions de rescapés des attaques et de leurs proches, le procès entre dorénavant dans une nouvelle phase, très attendue: l’interrogatoire sur le fond du dossier des 14 accusés présents (six autres, donc cinq présumés morts, sont jugés en leur absence).

L’interrogatoire de Salah Abdeslam est, lui, prévu les 13 et 14 janvier.

(AFP)

Ton opinion