Actualisé 25.01.2013 à 14:20

Ski alpin Svindal s'impose, les Suisses largués

Aksel Lund Svindal a comblé une des rares lacunes à son palmarès. Vainqueur du super-G de Kitzbühel (Aut), le Norvégien a fêté son premier succès dans le temple du ski alpin.

En lice à Kitzbühel depuis 10 ans, Svindal avait dû jusqu'ici se contenter d'accessits: 2 podiums en super-G, 2 autres en combiné. Un bilan qui ferait certes le bonheur de beaucoup de coureurs, mais pas d'un champion du calibre de Svindal.

Pour s'offrir son premier succès sur la Streif et son 20e en Coupe du monde, le Scandinave a parfaitement assumé son statut de favori. No 1 mondial du super-G depuis deux hivers et très à l'aise lors des entraînements cette semaine, il s'est imposé avec 13 centièmes d'avance sur l'Autrichien Matthias Mayer, l'une des révélations de l'hiver.

Agé de 22 ans seulement, le fils de l'ancien coureur Helmut comptait jusqu'ici un 6e rang comme meilleur résultat en Coupe du monde. Son premier podium a permis de consoler le public autrichien, privé de succès sur «sa» Streif depuis quatre ans et dont les leaders n'ont pas été à la hauteur vendredi (Hannes Reichelt et Klaus Kröll hors du top 10).

La 3e place est revenue à Christof Innerhofer, revanchard après sa mésaventure de la veille. Lors du dernier entraînement, l'Italien avait chuté, puis rechaussé ses skis et terminé sa session. Un comportement interdit par la FIS et qui lui avait valu une amende de 999 francs et un dossard peu propice pour la descente de samedi (le no 45).

En s'imposant, Svindal a également fait une excellente opération comptable. En plus de consolider son avance dans la hiérarchie du super-G, il est revenu à 88 points de l'Autrichien Marcel Hirscher. Le Norvégien pourrait même repasser en tête à l'issue de la descente de samedi, dont il sera à nouveau le grand favori.

Nouvelle débâcle historique pour les Suisses

Quant au clan suisse, il a vécu vendredi une énième bérézina. Pour la première fois dans l'histoire de la Coupe du monde, aucun Suisse n'est parvenu à intégrer le top 20 en super-G. Le moins mauvais représentant helvétique a été le Grison Sandro Viletta, classé au... 29e rang.

Les autres Suisses se sont classés dans son sillage avec Patrick Küng (30e), Vitus Lüönd (33e), Silvan Zurbriggen (35e), Marc Berthod (36e) ou encore Carlo Janka (38e). Tous sont apparus beaucoup trop timorés pour dompter la Streif. Et la présence de leur ancien leader Didier Cuche dans les tribunes n'a rien changé à l'affaire.

Didier Défago (31e) peut, lui, nourrir quelques regrets. Hormis une erreur rédhibitoire sur le haut du parcours, le Valaisan a livré une prestation correcte, parvenant même à reprendre du temps à Svindal en fin de course. A lui de s'inspirer de ses bons passages du jour pour rebondir samedi en descente.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!